Fuck les horaires ??

Nous avons posé 13 questions phares à Brigitte Cassette sur l’éducation nouvelle. Cette vidéo est la 9ème de la série.

Cliquez ci-dessous pour découvrir « Fuck les horaires ? »

 

Pensez à vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici pour recevoir gratuitement la suite de la série et à notre chaîne You Tube en cliquant ici.

Si vous souhaitez revoir :

N’hésitez pas aussi à partager et à cliquer sur j’aime pour nous encourager 😉

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Et c’est intéressant de parler de ça parce qu’on a souvent des réflexes qui nous viennent parfois de nos habitudes, de ce que nous mêmes on a vécu, de ce que nos grands-parents parfois ont vécu…Par exemple je pense aux repas à une certaine heure. Il y a des gens qui sont très à cheval sur les heures des repas. Pourquoi ? Et bien, parce qu’on a toujours fait comme ça. Là, on donne un sens à ce rituel. Moi, au début, ça me semblait un peu idiot, je ne comprenais pas. Personnellement, je n’avais pas ce besoin de manger à heures fixes mais il se peut que, pour certains enfants, il y ait ce besoin de repère temporel, de ce rythme et là on répond à ce besoin. Donc, si je le fais en conscience, j’instaure des heures régulières de repas parce qu’il y a ce besoin derrière. Je trouve que pour le parent c’est beaucoup plus rassurant parce que ça donne un sens, une signification à ce rituel. Donc on ne fait pas ça parce qu’on nous a dit de le faire.

Cette sécurité contextuelle est-ce que tu as l’impression que c’est quelque chose de facile ? Est-ce que les enfants sont souvent en sécurité émotionnelle…  sécurité contextuelle ?

BRIGITTE CASSETTE : C’est une question difficile. Pour moi il y a peut-être actuellement de la confusion entre sécurité et sûreté donc on va faire beaucoup de choses, poussés par la société, poussés par une certaine propagande, je dirais, pour la sûreté qui fait que le parent va faire des choix qui sont des choix de sûreté et qui ne sont pas toujours des choix de sécurité. Moi je prends souvent l’exemple de la voiture : finalement, à mon époque, on était dans les bras des parents à l’avant de la voiture, dans les bras de la mère plus précisément, il n’y avait pas de siège bébé. Et je me dis finalement on n’avait pas la sûreté, on avait la sécurité. Maintenant on a le siège bébé : on a la sûreté mais on n’a pas la sécurité. C’est comme si  il y avait une espèce de juste milieu qu’on n’arrive pas à trouver et je trouve que c’est bien à l’image de ce que l’on voit actuellement. C’est comme si il y avait un espèce de juste milieu qu’on n’arrive pas à trouver entre cette sécurité et cette sûreté. Ce qui fait qu’il y a beaucoup de choses qui sont imposées à l’enfant pour des questions de sûreté, qui à mon sens ne sont pas nécessaires, mais en même temps, dans certains milieux, on bascule dans la sécurité et on oublie en fait un minimum de sûreté, un minimum de choses qu’il  faut nous en tant qu’adultes, faire pour protéger notre enfant… donc c’est un questionnement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articleenfant qui fait un fuck, fuck avec des enfants, fuck les enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *