Grands-parents : un tremplin pour nos enfants

Les grands-parents permettent aux petits enfants de s’enraciner dans le passé. Les petits-enfants permettent aux grands-parents de se projeter dans le futur.

Grands-parents

 

Il y a des grands-parents de toutes sortes : des jeunes, des vieux, des retraités, des actifs, en couple, divorcés, veufs, recomposés, nouveaux parents, qui vivent chez nous, proches de chez nous ou à l’autre bout de la planète, qui parlent la même langue que nous, ou non, grands-parents spirituels… Bref, il n’y a aucun standard.

Noëlle Chatelet, dans son livre, Au pays des vermeilles décrit ainsi les joies de la « grand-maternité » :

«  Je découvre qu’être grand-mère est une récompense. Je découvre qu’être grand-mère est une fierté, une fierté qui amplifie, magnifie celle d’avoir un jour été mère, mais autrement. »

Ma grand-mère dit que le meilleur moment de sa vie a été d’être grand-mère : elle ne vivait que les avantages de voir grandir ses petits-enfants sans les inconvénients de devoir les éduquer et leur assurer un avenir. Je pense qu’elle a ainsi pu profiter d’autres joies de la maternité : câlins, tendresse, écoute, temps, présence réelle.

Comme le dit Jan Hunt, dans son livre, La véritable nature de l’enfant : choisir l’amour pour guide

« Les mamies et les papis sont maintenant libres d’être activement des grands-parents aimants, proches, de jouer un grand rôle auprès de leurs petits-enfants […] Grands-parents et petits-enfants ont gagné une liberté délectable : apprendre à connaître et à aimer quelqu’un qui se sent autorisé à être lui-même, et en être aimé et reconnu en retour. »

Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, figure de proue du mouvement « attachment parenting » en France, ancienne présidente de la Leche League France, rédactrice en chef du magazine Allaiter aujourd’hui, préciserait :

« Et cela dans un respect mutuel entre grands-parents et petits-enfants. Respect de l’enfant par le grand-parent. Respect du grand-parent par l’enfant. Un respect sincère, fondé sur l’amour et non sur l’observation de « bonnes manières » superficielles, entraînée par la peur de la punition, comme cela a pu être le cas dans les générations précédentes (« dis bonjour à mamie », « dis merci à grand-père »…) »

Dans ce contexte, quel est le rôle des grands-parents ? Qu’apportent-ils à leurs enfants devenus parents et à leurs petits-enfants ?

1)   Les grands-parents apportent soutien à leurs enfants devenus parents

A la naissance d’un enfant :

L’arrivée d’un enfant est toujours un moment fatiguant dans la vie d’un couple, surtout pour la mère. Dans les sociétés traditionnelles, la jeune maman n’a rien d’autre à faire que se reposer et s’occuper de son bébé. Mère, belle-mère, tantes, voisines sont là pour assurer son quotidien.

J’ai pour ma part, énormément apprécié, à la naissance de mes enfants, la présence de ma mère. Elle s’est occupée de tout le quotidien de la maison : courses, repas, ménage, lessives. Je n’avais rien d’autre à faire que me reposer et m’occuper de mon bébé. Et c’était déjà énorme !

C’est ainsi que dans les sociétés traditionnelles, les femmes aident les nouvelles accouchées.

Au quotidien :

une garde régulière ou ponctuelle : le mercredi, lorsqu’ils ne sont pas gardés par leurs parents, 38% des enfants de 3 à 6 ans sont confiés à leurs grands-parents.

Ce mode de garde, quand il est possible, réjouit généralement enfants, parents et grands-parents.

-une écoute bienveillante et sans jugement :

Les parents ont souvent besoin de soutien dans leurs choix de maternage et dans leurs choix éducatifs. Une écoute BIENVEILLANTE et SANS JUGEMENT est bienvenue. C’est là un point délicat car il s’agit bien sur de ne pas s’immiscer dans les choix parentaux mais simplement d’accompagner son enfant devenu parent à trouver en lui ses propres réponses.

Si vous voulez aller plus loin sur ce sujet je vous invite à vous inscrire à ma newsletter. Vous recevrez ainsi en cadeau mon guide : « un outil miracle pour des enfants et parents épanouis ! »

un soutien matériel :

Là encore, les parents, pris par le quotidien, apprécient grandement le soutien de leurs parents.

Lorsque ma mère, grand-mère ou belle-mère nous préparent des plats cuisinés, nous les remercions avant de commencer le repas car leur soutien nous est vraiment précieux.

Cela peut aussi se traduire par un soutien dans les taches ménagères (ménage, repassage, bricolage, jardinage) ou même un soutien financier.

Quelle que soit l’aide, les grands-parents jouent ici un rôle important dans le bien-être des enfants et par voie de conséquence des petits-enfants.

Pour Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau :

 « Etre de « bons » grands-parents, c’est tout autant sinon plus « bien-traiter » ses enfants devenant parents qu’aimer ses petits-enfants. »

2)   Les grands-parents sont des passeurs d’histoire

–         La compréhension du monde

Lorsque ma grand-mère me parle de sa vision du monde, je ne suis pas toujours d’accord. Nous n’avons pas le même regard, nous n’avons pas la même expérience et nous n’avons pas le même vécu. Cela dit, c’est toujours intéressant d’écouter sa vision et son point de vue. Cela me permet de confronter mes idées. Nous nous écoutons respectueusement et ma vision du monde s’élargit, se construit.

Tout cela est possible si les grands-parents constatent, analysent et ne critiquent pas.

–         L’enfant dans la lignée

Les grands-parents vont permettre à l’enfant de savoir d’où il vient, de connaître son histoire familiale. C’est l’occasion de briser les tabous qui empoisonnent la vie de la lignée.

Arbre généalogique

Merci à Joolynosoucy pour la photo

«  Dire à un enfant la vérité de son histoire familiale, c’est lui donner une cohérence entre ce qu’on lui dit, ce qu’il entend et ce qu’il ressent. »

Extrait du livre « Les passeuses d’histoire » de Danièle Flaumenbaum, gynécologue et acupunctrice.

Ils permettent aussi aux petits-enfants de connaître l’histoire de leurs parents avant d’être parent, quand ils étaient enfant, femme ou homme.

J’adorais lorsque ma grand-mère me racontait sa vie en équeutant les haricots verts. J’ai passé des heures à écouter et réécouter les mêmes histoires. Cela m’a permis de mieux appréhender ma famille et mes ancêtres.

 

 

–         L’enfant dans l’Histoire

Les grands-parents sont aussi un formidable moyen de s’inscrire dans l’Histoire avec un grand H. Echanger avec les grands-parents permet de savoir comment on vivait à leur époque, sans téléphone, pendant la guerre. La grande histoire se mêle parfois aux histoires familiales, ce qui la rend passionnante.

–         L’enfant dans la vie

Voir les grands-parents vieillir permet à l’enfant d’appréhender la vie et aussi la fin de celle-ci. La vie existait avant leur passage sur Terre et elle se poursuivra après.

 

« T’es vieille Mamie, est-ce que tu vas bientôt mourir ?

Eh bien, pour l’instant, je ne crois pas, mais j’y pense. Ca va être bientôt mon tour ; et pour toi aussi ce sera un jour ton tour. Quand tu seras grand-mère comme je le suis aujourd’hui, tu iras aussi vers ta mort. Un jour aussi tu auras mon âge. Moi aussi j’ai été une petite fille comme toi. Et ainsi va la vie.

Tu n’as pas connu mes parents, car ils étaient morts avant ta naissance. Ils se seraient appelés tes arrière-grands-parents. Est-ce que je t’ai déjà dit pourquoi ils ont décidé de faire un troisième enfant ? Est-ce que tu te souviens de leurs prénoms ? Viens, près de moi, je vais te raconter… »

Extrait du livre de Danièle Flaumenbaum, « les passeuses d’histoire »

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à vous inscrire à ma newsletter pour recevoir directement dans votre boite mail mes nouveaux articles 😉

Cet article est ma contribution au rassemblement de blogueurs des jeudis de l’éducation, organisé par wondermômes, sur le thème « enfants et grands-parents. »

macaron-rdv-education_thumb.jpg

Eux aussi parlent d’éducation :

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articleles petits-enfants vont être heureux, content, quelle récompense des grands parents pour le bac, par cour du site de la rencontre des veuves les plus heureuse du monde, nous sommes plus heureuse que nos grandparents discutez, nous navons pas a apprendre de les grands parents, mes parents vivent loin de moi et de mes enfants, mes enfants partent en vacance chez ma mere, l\enfant etait un tremplin pour te donner, aimant bientot grands parents

12 commentaires




  1. Je suis entièrement d’accord avec toi, les grands-parents ont beaucoup à apporter à nos loulous, et c’est réciproque.
    Chez nous leur lien est très fort et on veille à ce que ça perdure, malgré la distance.

    Répondre


  2. Coucou !
    Alors nous, nous sommes de l’autre côté de la barrière, nous sommes les mamies et nous souscrivons entièrement à ce que vous écrivez !
    Nos petits-enfants sont nos trésors, ils nous remplissent de joie ! De leur côté, ils nous savent disponibles pour jouer, parler, proposer des activités, lire u raconter des histoires…
    Et nous sommes heureuses également d’aider concrètement nos enfants qui ont des vies professionnelles chargées (même si nous-aussi travaillons encore).
    Bref, tout le monde y trouve son compte !
    Autumn et Espelette, mamies stars

    PS: n’hésitez pas à donner l’adresse de notre blog à vos mamans ! mamiestars.com

    Répondre



  3. Ma mère est fière de ses petits-enfants, c’est le sujet dont elle parle le plus… plus que de sa fille unique 😉

    Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *