Grossesse non désirée : 5 étapes pour un choix éclairé

Que m’arrive-t-il ? retard de règles, vertiges, nausées. Après 4 grossesses, je connais ces signes.

Pourtant je n’avais pas prévu d’autres bébés.

J’ai trouvé mon équilibre avec mes 3 enfants âgés de 8, 6 et 3 ans.

Je me sens perdue, déboussolée. Tous mes plans, mes rêves sont bouleversés. Ce n’était pas prévu. J’ai perdu le contrôle.

Je ne me suis pas programmée pour avoir un autre enfant.  Je ne m’en sens pas capable. Au niveau maternité, je pense avoir eu ma dose . Je n’ai pas envie de vivre une autre grossesse ni un autre accouchement. Comment ferais-je pour gérer 4 enfants, m’occuper de chacun comme il en a besoin ? M’occuper de mon mari et penser à moi ? Je ne ressens pas ces signes comme une évènement attendu, à fêter mais plutôt comme un imprévu.

Que faire ? Comment réagir ?

Femme enceinte

Photo credit : Mya Klips

Etape n°1 : se poser, agir en conscience

  • aller se promener, prendre l’air (de préférence à la campagne)
  • prendre un bain ou une douche
  • aller courir
  • se détendre seule sur son lit, sur le canapé

A nous de voir ce qui nous permet de prendre du recul et de nous centrer sur nous. L’idée est de ne pas laisser les pensées parasites nous envahir, juste être seul avec soi-même.

Etape n°2 : qu’est-ce que je ressens ?

  • de l’inquiétude face à une nouvelle responsabilité, face à un choix que je vais devoir faire ?
  • de la joie de recevoir un nouvel enfant  ?
  • de la tristesse de me séparer d’un enfant ?
  • de la colère de ne pas avoir été suffisamment précautionneuse ?
  • de l’injustice : pourquoi moi ?
  • de la peur de l’inconnu, peur de ce qui va arriver ?

Cette 2ème étape est délicate car les sentiments peuvent être confus. Il y a certainement un mélange de plusieurs émotions. Cette étape est cependant primordiale car elle va impacter la suite du raisonnement.

Pour l’instant nous sommes dans une étape de ressenti, d’intériorisation. Ensuite nous allons passer dans une étape de raisonnement.

Nous devons absolument écouter notre ressenti. Le raisonnement ne sera juste que si nous sommes correctement alignées avec nous-mêmes.

Etape n°3 : comment choisir ?

De nos jours , nous avons le choix : “un enfant si je veux, quand je veux”.

Cet après-midi j’ai eu des nausées. Ce soir, j’étais paniquée par une éventuelle grossesse. j’ai pris la voiture pour aller à une réunion à plus d’une heure de route. Il y avait du brouillard et je n’y voyais rien, comme dans ma tête. Je me suis dit : “ce serait peut-être plus sage de faire demi-tour et de rentrer. Dans quel état vais-je être à minuit pour faire le retour ?” J’ai hésité. il fallait prendre une décision.

J’ai finalement opté pour faire demi-tour. Tout de suite, je me suis retrouvée face à un nouveau choix. Je suivais un camion qui transportait des bouteilles de gaz. Je ne me sentais pas en sécurité. J’ai eu le choix entre suivre ce camion sur une grande route ou emprunter une route plus étroite, dans le brouillard, avec la peur des voitures qui arrivent en face. Une fois de plus il me fallait choisir en conscience.

Si je suis enceinte, cette grossesse, je ne l’aurais pas souhaitée, mais comment la refuser ? J’ai le droit de choisir et de privilégier nos projets familiaux. Notre vie au quotidien en serait simplifiée, d’un point de vue matériel. Mais comment me sentirais-je ? Je pense que ce serait une épreuve pour moi de choisir l’avortement, alors que je suis végétarienne et que je ne suis même pas capable de tuer une mouche. De plus, je devrais me confronter au milieu hospitalier et accepter une intervention pour retirer une vie naissante. Pour quelle raison et comment refuser un cadeau venu du ciel ?  Nous avons les ressources nécessaires pour l’accueillir: amour, stabilité familiale. Ce serait donc par simple confort personnel que je refuserais ce bébé ?

Faire des choix en toute conscience.

Les choix doivent d’abord être ressentis au plus profond de notre être (au fond de notre corps et de notre cœur) puis ils doivent être raisonnés dans notre tête.

Imaginer, réfléchir à notre vie :

avec cet enfant :

  • au niveau organisationnel : travail, garde, quotidien,
  • au niveau familial : relations avec les frères et sœurs, la place de chacun dans la fratrie
  • au niveau émotif : la joie qu’il va nous procurer, mais aussi les tensions dans la famille qui pourront naitre liées aux pleurs par exemple
  • au niveau financier : comment l’assumer

sans cet enfant :

  • au niveau organisationnel : pas de changement
  • au niveau familial : comment les frères et sœurs peuvent-ils réagir face à un avortement dans la fratrie ? Je fais un raccourci un peu violent mais qui peut être vécu comme tel pour un enfant : Papa et Maman ont donc le droit de vie ou de mort sur nous ?
  • au niveau émotif : suis-je bien OK avec moi-même d’avoir pris cette décision ? d’où l’intérêt d’être bien alignée.

Etape n°4 : qui choisit ?

Ce bébé a été conçu à deux. Qui choisit ? Comment choisir lorsque le père et la mère ne sont pas du même avis ?

Le couple doit avoir une discussion posée et sérieuse sur le sujet. Chacun devra exprimer à son tour ce qu’il ressent et ce qu’il prévoit.

Si la discussion est trop difficile ou si vous avez l’impression d’être influencé par l’autre en discutant, vous pouvez aussi écrire cela chacun de votre coté et vous le faire lire.

Vous pouvez aussi discuter sans vous regarder. Il y a par exemple l’homme qui tient la dame dans ses bras dos contre lui pour qu’elle s’exprime. Il n’a pas le droit d’intervenir. Il ne fait que l’écouter sans jugement. Il laisse l’autre aller au bout de son temps de parole sans le contredire ou commenter  ; puis on échange les rôles.

  • échanger, discuter d’un point de vue émotionnel : qu’est-ce que je ressens ?
  • échanger, discuter d’un point de vue familial : comment j’imagine la fratrie ?
  • échanger, discuter d’un point de vue organisationnel : comment je pense m’organiser ?
  • échanger, discuter d’un point de vue financier : comment je pense gérer le budget familial ? comment m’organiser ?

La réponse est en vous !

Quelle que soit la décision prise, si elle a été prise en conscience, c’est la meilleure pour vous !

Etape n°5 : lâchez-prise !

Une fois la décision prise en pleine conscience, inutile de culpabiliser. Nous prenons la décision à un moment donné avec les cartes qui nous ont été distribuées. Nous ne connaissons pas la suite des évènements. Inutile de refaire le film plus tard. Abas donc la culpabilité, les reproches, les regrets. Pas la peine de s’y attarder.

Maintenant c’est l’heure du lâcher-prise. nous avons fait un choix éclairé avec les éléments dont nous disposions à ce moment. La vie gère le reste.  Nous ne pouvons pas tout contrôler. Faisons preuve d’humilité et acceptons la vie telle qu’elle est !

Résumé : “je fais de mon mieux, dans le respect de moi-même, avec les cartes de l’instant. Le reste appartient à l’univers”.

Lors de mes précédentes grossesses, j’ai eu la chance d’être accompagnée par une sage-femme exceptionnelle : Ariane Seccia-Boulanger. Elle a développé cet outil que je trouve fabuleux : “je fais de mon mieux, dans le respect de moi-même, avec les cartes de l’instant. Le reste appartient à l’univers”.

  • Je fais de mon mieux : j’ applique consciemment les étapes décrite ci-dessus pour pouvoir faire un choix éclairé.
  • dans le respect de moi-même : je me respecte, je conscientise ce que je ressens .
  • avec les cartes de l’instant : la vie ne nous a pas distribué toutes les cartes. Je prends  la décision qui me semble la meilleure aujourd’hui, avec tout ce que je sais et tout ce que je ressens.
  • le reste appartient à l’univers : je ne peux pas tout contrôler. Je lâche prise sur ce pour quoi je ne peux pas agir (vie/mort par exemple).

J’ai fait le test de grossesse après avoir appliqué les 5 étapes de cet article. il s’est avéré négatif. Je n’ai donc pas eu besoin de choisir.

Je vous livre cependant mon ressenti en m’imaginant enceinte. C’est mon ressenti personnel à cette date précise. C’est un simple témoignage. La solution est en vous !

Il y a exactement 5 ans, j’ai perdu des jumeaux à plus de 4 mois de grossesse. Je n’avais pas non plus choisi d’avoir des jumeaux et encore moins de les perdre. Avec cette expérience j’ai appris à lâcher prise, ne pas contrôler, à accepter ma vie telle qu’elle est et à la remercier.

S’il vous est arrivé des expériences similaires ou si vous avez un avis sur la question, merci de partager dans le commentaire ci-dessous. Cela sera bénéfique pour de nombreuses autres personnes !

Et bien sur, n’hésitez pas à cliquer sur ”j’aime” !

Si vous souhaitez aller plus loin sur les peurs liées à la grossesse et l’accouchement, et/ ou sur l’outil “je fais de mon mieux, dans le respect de moi-même, avec les cartes de l’instant, le reste appartient à l’univers,” voici les références du livre d’ Ariane Seccia Boulanger, sage-femme spécialisée dans l’accompagnement psychique à la naissance.

Recherches utilisées pour trouver cet articlegrossesse non desiree, grossesse non désirée solution, grossesse imprevue, grossesse non désirée que faire, grossesse non prevue que faire, grossesse imprévue je panique, quoi faire en cas une grossesse non desirer, accepter une grossesse non desire, 4ème enfants grossesse non désirée, grossesse non desire

3 commentaires


  1. Me voici à 40 ans un peu passé. Je n’ai jamais eu d’enfants. La vie en cause et en prime des soucis de santé notamment hormonaux qui font de moi un terrain a priori peu fertile. Mais voilà…. Après des souci intestinaux… A priori…. Après un an de cycles très irréguliers malgré la pillule…. Un retard un peu plus conséquent me met le doute. 2 tests urinaire positifs… Je m’apprête à faire le test sanguin.. Mais déjà dilemme : l’occasion de voir à quel point mon chéri ne veut pas de bébé…. Alors que moi je commençais à en faire le deuil et que ce qui arrive est comme un signe que je ne peux pas laisser passer cette chance… Comment résoudre un tel dilemme ? Mon coeur et ma conscience savent déjà des choses…. Mais leur double me disent aussi que je vais alors choisir entre un bébé et l’homme que j’aime….. Et je sais aussi que si je choisis l’homme je ne parviendrais pas à lui pardonner ni à moi…. C’est atroce… Je cherche mes solutions…. C’est pas gagné !

    Répondre

    1. Bonjour Liline,
      Merci pour ton message qui me touche beaucoup.
      Je comprends ton désarroi et le dilemme que tu formules bien.
      Il y a toujours beaucoup de choses qui se cachent derrière le refus de grossesse, chez la femme comme chez l’homme. C’est sans doute au moins l’occasion d’en parler et de communiquer sur son projet de vie.
      Je te souhaite de traverser cette épreuve en ayant bien conscience de tes propres besoins.
      De tout cœur avec toi !
      Alexandra
      Tu peux aller voir mon guide sur l’écoute active: http://parents-heureux-enfants-heureux.com/recevez-mon-guide-un-outil-miracle-pour-des-enfants-et-des-parents-epanouis-hbbis/. Ça marche aussi avec les adultes.

      Répondre

  2. Bonjour,
    Étape suivante : bébé confirmé par test sanguin… Je vois mon médecin pour… La suite… En savoir plus sur ce qui est tellement inconnu pour moi ! Un enfant je sais ce que c’est… Une grossesse beaucoup moins ! Pendant ce temps je vis le désarroi de mon compagnon qui compare cela à la fin de sa vie, de notre vie de couple… Avec des « pourquoi le bonheur ne dure jamais  » alors que moi finalement… Je suis pleine de peur, de doutes, je sais que ça change la vie mais je ne peux me dire que la vie que je porte est un drame ! J’ai l’impression que je ne peux pas commencer à vivre ma grossesse tant il voudrait la renier… Bon aller je file…
    Le fichier chargé ne s’affiche pas grrr l’écoute active me serait bien utile !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *