Papaoutai ? Un père répond !!!!!

Mes amis Fred et Alex fabriquent le blog parents heureux enfants heureux, forts de leurs expériences. Je lis et tombe sur un article « Papaoutai », la place du père dans la famille.

Papaoutai

La sentence tombe, lapidaire, comme chez Stromaé, il y a zéro père.

Fred et Alex refusent d’en rester à cet accablant constat : « Montrez nous que vous êtes là » nous exhortent-ils…

Alors oui, je vais écrire quelques mots sur mon expérience du congé parental pour montrer que certains pères sont là, mais tiens, peut-être mieux encore, sur ce constat sociétal d’absence du père.

Congé parental d’éducation. C’était l’appellation en 2003, époque ou j’ai décidé de m’y adonner à la naissance de mon deuxième fils.

Dans les termes « congé parental d’éducation » intrinsèquement est contenue la notion de mixité ; il peut être attribué indifféremment aux deux parents.

Dans les faits, autour de moi, un seul père avait déjà franchi le pas. Ce devait être à la fin des années 90. Vous parlez d’un précurseur.

En ces temps immémoriaux quel était le pourcentage de pères décidés à s’arrêter de travailler pour s’adonner pleinement à ses enfants ?

Oui ses enfants car il n’était, à l’époque, pas possible d’entrer en CPE (vous remarquerez l’analogie avec l’actuel Contrat Première Embauche dont Lacan se délecterait) pour un premier enfant. Oui, quel était ce pourcentage ?

Sans doute sensiblement le même que celui qui nous informerait du nombre de femmes PDG d’une entreprise du CAC 40 en 1990.

Nous le savons tous,  notre société répartit les rôles en fonction de certains critères (celui qui nous intéresse ici est le genre). Certains le constatent simplement. D’autres l’observent plus théoriquement en s’informant grâce aux religions, à l’anthropologie, aux théories marxistes, aux « gender studies » (et non « théories du genre » formule inventée par ses détracteurs)… La société attribut des rôles différents à chaque sexe.

Sans rentrer dans les détails qui n’ont pas lieu d’être ici, les médias ont exposés depuis 2011 avec en apothéose l’année 2013 (manif pour tous) comment certains défenseurs de la « famille traditionnelle » s’en prenaient aux progressistes, à ceux qui veulent donner une place égalitaire à l’homme et à la femme dans notre société donc, par extension, bien sûr au sein de notre famille. Celle-ci est engluée dans ses vieux schémas du modèle patriarcal plus confortable pour l’homme que pour la femme.

Changer les idéologies installées, établir une équité  est excessivement long, nous pouvons le constater. Ces inégalités datent depuis des millénaires et toujours « zéro papa ».

Papaoutai enfant

Heureusement il y a des prises de conscience, des poches de résistance comme le blog Parents heureux enfants heureux qui permet de faire avancer les choses et je ne peux que m’en réjouir.

Les encourager aussi…

Le mot de Fred et Alex : Merci Patrice pour ton engagement et bravo pour ton passage à l’action. Tu as eu un rôle de pionnier. C’est grâce à des pères comme toi que les nouveaux pères osent de plus en plus franchir la barrière des schémas préétablis et inventent de nouvelles formes d’éducation. Merci !

Chacun sa façon d’investir son rôle de père. Ca peut être comme Patrice en prenant un congé parental. Mais ça peut être autrement : un mode de communication différent, une répartition des taches différente, une attention différente, un rôle actif dans l’éducation même si on travaille, un investissement dans le sport….Si vous aussi vous vous impliquez dans votre rôle de père, laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *