Prendre en otage les copies du bac pour réformer l’école

clip_image002

Vincent Cespedes envoie du lourd sur l’éducation et la #néorésistance. Il appelle les parents, les profs et les jeunes à se transformer en pirate afin de réformer l’école !

 

Vincent Cespedes est philosophe, écrivain, conférencier, compositeur. Entre l’intime et le politique, sa pensée s’organise autour de trois axes : la création de sens, la quête de l’efficience interpersonnelle et la critique sociale. Apprécié des médias pour ses positions franches et ses idées nouvelles, il intervient également dans les nombreux débats sur la citoyenneté, la prospective, l’amélioration des organisations et des pratiques professionnelles, tant dans le monde hospitalier qu’en entreprise, ou pour les grandes écoles, les institutions et les associations.

Il est l’auteur de nombreux livres dont oser la jeunesse , l’homme expliqué aux femmes, l’ambition ou l’épopée de soi, j’aime donc je suis, mai 68 la philosophie est dans la rue

Parents Heureux Enfants Heureux a interviewé Vincent Cespedes sur le thème de l’éducation et notamment sur l’école. Voyez ce qu’il propose pour réformer le système scolaire !

Vous pouvez écouter le podcast en cliquant sur le bouton play en dessous ou télécharger le MP3 en cliquant sur ce lien.

Transcription de la vidéo :

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Bonjour et bienvenue sur Parents heureux enfants heureux !

Aujourd’hui Alexandra interviewe le super philosophe Vincent Cespedes.

Vincent n’est pas un habitué des forums concernant la parentalité et pourtant ses discours raisonnent et sont vraiment passionnants.

Dans cette video Alexandra l’interroge sur l’école et l’éducation en général.
En milieu de video un appel à l’action spécialement destinés aux profs et aux parents #neorésistants  ! Ca déménage !

A bientôt sur parents heureux enfants heureux pour une vie de famille plus heureuse et plus vraie.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Bonjour Vincent, je suis ravie de te rencontrer. Quelques questions sur l’éducation. Quel constat fais-tu de l’éducation aujourd’hui en France? Est-ce que nous sommes dans une société qui a très peu évoluée, basée sur des valeurs d’obéissance ou est-ce qu’il y a de plus en plus de parents qui s’interrogent et qui veulent des enfants plus libres et heureux ?

VINCENT CESPEDÈS : les parents s’interrogent et sont en pleine interrogation mais ce que l’école produit, c’est une catastrophe. Dans mon dernier livre oser la jeunesse, je fais un constat. C’est marrant, j’ai rencontré des parents qui ont lu le livre et qui disaient « ce que vous dites, enfin vous le dites, c’est bien, c’est extrêmement violent sur le système extrêmement archaïque que l’on a » et je rencontrais des personnes qui étaient liées soit au gouvernement, soit à l’éducation nationale. Il y avait 2 catégories, il y avait les professeurs qui disaient « oui tu as raison sur le constat », d’autres « tu exagères c’est quand même trop ».

Le constat si je dois le résumer très simplement : l’école tue la créativité des enfants et la passion des enfants concernant la connaissance. C’est un crime extrêmement grave. Pour l’école c’est extrêmement grave. Tuer la gourmandise de la connaissance c’est presque la chose la plus contreproductive qu’on puisse imaginer pour l’acte éducatif. Et l’école surtout complexe les enfants. C’est à dire que les choses qu’on apprend à l’école, on est complexé de pouvoir les utiliser. Par exemple la langue anglaise; on apprend l’anglais pendant 8 ans. C’est un fiasco total l’enseignement de l’anglais. Vous vous mettez dans une boite privée pendant 2 ans et vous êtes bilingue.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : 2 mois à l’étranger

VINCENT CESPEDÈS : 2 mois à l’étranger, voilà. Nous, on fait 8 ans d’anglais et les élèves ne sont pas capables de lire en anglais sauf s’ils ont évidemment des parents qui sont riches. Parce que si vous avez des parents riches vous pouvez prendre des cours particuliers d’anglais, ce qui est très efficace et multiplier les séjours en Angleterre. En fait au bout du compte on fait en sorte que les parents riches qui ont les moyens puissent compléter les carences éducatives avec des cours particulier, ce qui se fait tout le temps partout. Le boom des cours particulier vient de la défaillance du système scolaire aujourd’hui.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Tu prônes l’éducation complice. Est-ce que tu peux nous en dire un mot ?

VINCENT CESPEDÈS : l’éducation complice c’est plutôt à l’adresse des professeurs et du système de classe. L’éducation complice c’est un postulat. Nous sommes complices avec nos élèves en tant que professeur. Être complice avec les élèves ca veut dire plusieurs choses; la première chose ça veut dire que leur échec est mon échec et leur réussite est ma réussite. Nous sommes dans les mêmes mailles du filet, dans la même barque. Ce n’est pas du tout comme ça qu’on enseigne aux professeurs d’enseigner. Alors bien sur il y a des professeurs qui vivent ça de l’intérieur. Je n’ai rien contre les bons professeurs. au contraire, heureusement qu’ils sont là, ce sont eux qui sauvent nos années scolaires c’est parce qu’il y a quelques, (très peu) bons professeurs que tout à coup la passion puisse  …

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Quelques professeurs qui vont donner l’étincelle

VINCENT CESPEDÈS : exactement l’envie, l’étincelle et surtout se dire « tu es faible à l’école, tu n’es pas quelqu’un que je vais écraser. Tu es quelqu’un que je vais sauver ». Ce n’est pas comme ça que ça se passe l’école aujourd’hui dans l’éducation nationale. « Tu es faible tu es dans le casier des mauvais ». Quand vous corrigez les copies, vous avez deux casiers dans votre tête, en-dessous de 10 et au-dessus de 10. Je l’ai fait pendant 5 ans et pourtant j’espère que j’ai été un prof un peu passionné mais on ne peut pas s’empêcher d’avoir le casier parce que toute l’organisation scolaire vise le tri des élèves. Le but du jeu pour un professeur, parce qu’on lui oblige, c’est trier les élèves, les bons d’un côté, les mauvais de l’autre. C’est ce tri là qui casse la complicité. Le professeur n’est complice qu’avec les bons. C’est l’opposé qu’il faudrait presque mettre en place.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : de plus en plus de parents déscolarisent ou ne scolarisent pas leurs enfants.

VINCENT CESPEDÈS : comme je les comprends. Comme je les comprends ! Ce sont des néo résistants par rapport au fiasco scolaire. Quel luxe ! Quel luxe ! C’est un boulot à temps plein !

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Justement, nous sommes dans une société avec un système scolaire qui est loin d’être ce qu’on voudrait. On est dans une société en crise de sens où on travaille pour payer les écoles à nos enfants, les maisons de retraite à nos parents. Comment pourrait-on faire pour aller vers plus de changement, de responsabilisation, d’autonomie, de liberté ? Est-ce que d’après toi le changement vient de personnes individuelles qui vont inspirer d’autres personnes ou est-ce que le changement ne pourrait être que collectif?

VINCENT CESPEDÈS : le changement sera dans les 2. Il y a plein de façons de changer et c’est très facile de changer, j’insiste là-dessus. Il suffit juste de comprendre qu’il faut être en colère contre ce système. Etre en colère et après les solutions elles vont venir. Dès que vous mettez des parents ensemble discutant de l’école ou des jeunes discutant de l’école, parce qu’on ne leur demande jamais aux jeunes.

Hier je prenais l’avion et à l’aéroport, il y avait un attroupement de jeunes de 13 ans, je n’ai pas pu résister de faire une vidéo live en demandant bien sur à l’accompagnateur et je les ai mis autour de moi et ça hurlait, ça criait, ça ne parlait que de portable, de bouffe, de joie de vivre… et je me suis dit, là pourquoi on ne les consulte pas ? On a à faire à une jeunesse, moi je n’étais pas jeune comme ça, je n’ai jamais vu de jeunes comme ça. Je les ai vus parce que je suis connecté à la jeunesse mais de mon temps jamais on a agi comme ça en disant « vive les portables, vive internent, les parents sont nuls, ils ne savent pas surfer ». C’est tout à fait nouveau qu’une génération de 12-13 ans dise on est plus doué que nos parents sur les trucs les plus essentiels, c’est-à-dire l’accès à la connaissance, j’ai jamais vu ça. Nous les parents nous parlaient des livres et des encyclopédies et des corrélats dans l’encyclopédie. On a à faire à une jeunesse tout à fait nouvelle, fraiche, au courant des choses, passionnée, créative avant que l’école la brise, car le but de l’école c’est de briser tout ça. Là ils ont 13 ans je pense qu’on les retrouve dans 5 ans.:. ce sera beaucoup plus… quoique c’est la génération Internet…

Il faut qu’il y ait une colère générale par rapport à l’école. Il ne faut pas du tout aller vers le coté réac car la colère peut amener des choses réactionnaires (la blouse à l’école, l’autorité…). Non, il faut qu’il y ait une colère qui va créer de nouvelles choses. C’est ce que j’appelle la néo résistance; on résiste à quelque chose que l’on trouve injuste, complètement absurde par la proposition de choses nouvelles vers l’avenir.

Ecoutez, il suffit qu’il y ait quelques professeurs qui disent « on en  a marre de cette école » et qui s’unissent et après on gagne. Il suffit d’une poignée de professeurs qui prennent en otage les copies du bac, avec un vrai discours, vraiment, 50 professeurs, un collectif. Ils disent « on ne rend pas les copies du bac parce que l’école va mal » et en communication avec les jeunes, il ne faut pas que ça vienne que d’eux, il faut qu’il y ait une légitimité, en communication avec les parents, balancent des informations qui seront évidemment  transmises au JT, 50 personnes peuvent faire changer la donne.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : 50 c’est faisable.

VINCENT CESPEDÈS : Mais oui la résistance c’est toujours un peu pirate

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : il y a plein de professeurs mécontents

VINCENT CESPEDÈS : Plein de professeurs, alors il faut agir. Il y aura des soutiens intellectuels. Moi, je suis prêt à soutenir un mouvement comme ça tout en étant en discussion avec Najat Vallau-Belkacem (ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche) qui d’ailleurs est assez progressiste mais qui a beaucoup de mal à faire progresser aussi. Parce qu’il y a une énorme propagande qui vante l’école de grand papa. Puisque l’école de grand papa permet aux riches d’avoir des enfants dans les filières d’excellence. L’école de grand papa permet une sélection sociale énorme. Voila pourquoi quand on dit on va changer les choses, en général les classes favorisées qui peuvent se payer des cours particuliers et des voyages à l’étranger disent « non surtout pas, l’autorité nous ça nous va. » L’école de grand papa qui sévit aujourd’hui est faite pour que les gosses de riches aient de meilleures formations. Elle est faite pour ça.et ceux qu’on récompense dans l’école archaïque où il y a un professeur et tout le monde assis le cul sur la chaise 8 h par jour, à écouter le professeur,  un truc qui ne devrait même plus exister au temps du jeu vidéo et de la  PS4. C’est juste plus possible; cette école-là, l’élève gentil qui se soumet à l’autorité c’est fait pour les classes favorisées.

Donc, une colère populaire, c’est nécessaire. Après il y a plein de façons de changer en interne.

Ce que je veux faire, je vais le lancer bientôt, c’est créer un cercle de réflexion sur l’école et faire en sorte que des professeurs désobéissent tout en restant dans le système. Chacun pourra se recommander de l’éducation complice, c’est-à dire faire un cours comme un jeu de rôle, les élèves sont des héros. Le jeu de rôle on le co-élabore tous ensemble. on n’a pas de cours pré-écrit, et en fonction des réactions de la classe on invente l’histoire comme un jeu de rôle sauf que l’histoire c’est le cours lui-même, ce que les très bons prof d’histoire savent faire, les très bons profs de français aussi, les profs en général, même les prof de maths peuvent faire ça mais évidemment ça nécessite une désobéissance au programme et un bluff par rapport aux inspecteurs, c’est à dire qu’il faut bluffer les inspecteurs. Il faut tenir tous les jours un truc complètement faux, il faut mentir totalement à l’inspection sauf qu’il y a des inspecteurs qui sont géniaux, il y a des inspecteurs qui sont plus progressistes que les professeurs. C’est très compliqué et donc la néo résistance c’est prendre le maquis dans l’école, aller dans la passion et vers la complicité avec les élèves sans être dans la démagogie ; parce que vous allez être attaqué par les autres professeurs qui veulent relire leurs fiches jolies, ça existe aussi parce que aujourd’hui, hélas, ‘il y a des professeurs qui se servent de l’école comme une planque ça existe, je le déplore et ça existe. Ce ne sont pas tous les professeurs et ça existe. Il y aura des tensions en interne. Il y a plein de choses à gérer et si on est tous ensemble et qu’on parle de ça « tiens les profs me font une cabale contre moi parce que je désobéis au programme et tout ça « . Il y a des résistances à mener. Encore une fois  la solidarité pirate, c’est ça qui va changer. Et puis éduquer aussi les parents, leur montrer que leurs élèves méritent mieux que ce qu’on leur donne à manger.

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Merci Vincent, merci pour ce partage.

VINCENT CESPEDÈS : Merci

PARENTS HEUREUX ENFANTS HEUREUX : Pour plus d’info sur Vincent Cespédes, il y a son site vincentcespedes.net et de nombreuses videos sur youtube.

A très bientôt sur parents heureux enfants heureux !

Quelques livres inspirants de Vincent Cespedes :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

5 commentaires


  1. Wahouuu ! Merci. Très intéressant. C’est super de voir des vidéos mais il faut aussi passer à l’action et les moyens sont là. Cette vidéo nous donne des pistes concrètes !

    Répondre

  2. Super cette video et les idees de ce monsieur !! Je suis moi meme en train de me preparer a descolariser mes enfants. J’espere que cela contribuera un peu a interpeller l’education nationale. Mais si le desaccord vient de l’interieur (professeurs, eleves, inspecteurs) et de facon ostentatoire, ce serait vraiment beaucoup plus efficaces que ce que nous pouvons faire nous, les parents de notre cote ! Bravo, et un grand oui a l’education et aux apprentissages complices !! Je fais deja de l’education pirate a la maison (peu d’interdits et de limites, pas de punitions, respect des emotions, concourts de grimaces etc…) mais si cela pouvait s’etendre a l’ecole, wouaaah !

    Répondre

  3. Très triste que personne ne relève la violence des propos de Cespedes …. son projet n’ira nulle part car le postulat de départ est faux : sur l’école publique qui accueille tout le monde, sur les objectifs des professeurs etc. Ma résistance est de rester dans cette école publique qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, qui m’a tout donné même si j’en connais les problèmes, les défauts, les manques comme des milliers d’autres professeurs qui participent à changer tout ça de l’INTERIEUR , avec leurs moyens, pas à pas. Les discours démago ne servent à rien si ce n’est à monter les gens les uns contre les autres. Delphine POUDEROUS.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *