Posted on 5 commentaires

Combien de césariennes ai-je vécu ?

césarienne

Voici le témoignage de Perrine, maman de compétition Clignement d'œil

Nous avons toujours voulu une famille nombreuse.

Quand notre premier enfant s’est annoncé et que le gynécologue nous a informé (en cours de travail), qu’il allait naître par césarienne, ce fut très violent. Nous n’avions pas un seul instant évoqué cette possibilité. Avec le recul, je crois que c’est la césarienne que j’ai le plus mal vécue ; sans doute parce que je n’avais pas eu le temps de m’y préparer. Dès le lendemain de l’opération, mon gynécologue était venu me parler de ligature des trompes. Il tenait à m’informer que dans sa clinique la ligature après la troisième césarienne était la norme. J’avais 24 ans, je venais de subir quelque chose que j’avais trouvé extrêmement violent et ces paroles ont encore augmenté mes inquiétudes. Je me suis alors promis que l’adage “cesa un jour, cesa toujours” ne se vérifierait pas avec moi.

Deux ans plus tard, de nouveau enceinte, j’ai tout fait pour éviter une nouvelle césarienne.

Cette fois j’avais beaucoup lu, m’étais renseignée et j’avais bien compris qu’en cas de césarienne itérative mes chances d’avoir une famille très nombreuse comme j’en rêvais allaient considérablement diminuer. Malheureusement et malgré tous mes efforts cette naissance s’est encore terminée au bloc. Mais je l’ai mieux vécue. Je savais ce qui allait se passer, la technique du chirurgien avait évoluée (pour mon aîné il avait incisé les abdominaux, pour ma deuxième il les a écarté “aux doigts” et je me suis remise très rapidement) et surtout la sage-femme a pris un long moment pour que je fasse connaissance avec mon bébé. Je savais désormais que chacun de mes enfants naîtrait par césarienne. J’ai mis quelques mois pour faire le deuil de la voie basse.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Un enfant de plus ?

césarienne 3

Nous avons déménagé et j’ai donc changé d’obstétricien. J’ai immédiatement expliqué à ce nouveau médecin que nous voulions une famille nombreuse. Il l’a compris et nous a aidé à réaliser ce rêve. Il m’a expliqué que le vrai danger des césariennes multiples n’est pas la rupture utérine comme on l’entend très souvent (en dehors du travail elle est rarissime or on ne laisse pas une femme qui a eu de multiples césariennes se mettre en travail) mais la mauvaise insertion du placenta (placenta accreta). Il m’a aussi expliqué qu’il évaluerait la possibilité d’une nouvelle grossesse après chaque opération en fonction de l’état de mon utérus (adhérences, mauvaise cicatrisation). J’avais eu toutes les réponses à mes questions, j’ai pu vivre une grossesse sereine.

Après la naissance de notre troisième, notre médecin nous a conseillé d’attendre au moins douze mois avant de concevoir un autre enfant.

C’est ce que nous avons fait. Cette quatrième césarienne a été la plus compliquée. Je pense que c’est parce qu’elle a eu lieu seulement 20 mois après la précédente. Excepté ce gynécologue, le personnel médical que j’ai rencontré durant cette quatrième grossesse s’est montré au mieux étonné au pire réticent ou inquiet. C’est l’opération qui a duré le plus longtemps après la sortie du bébé. J’avais des adhérences que le chirurgien a pris le temps de réduire une par une en les cautérisant. Il savait que nous allions envisager une dernière grossesse et il a pris le temps de faire un bon travail de suture. Lors du rendez-vous postnatal, mon gynécologue étant absent pour raison médicale, j’ai été reçue par un autre médecin qui a eu des paroles très dures.

Sans même avoir jeté un œil sur mon dossier il a affirmé que c’était ridicule de vouloir envisager un autre enfant “alors que nous avions les deux sexes (?!!)” et que j’allais “faire un veuf et des orphelins”. Je me suis sentie infantilisée et choquée.

Quatre ans plus tard, quand je me suis rendue compte que j’attendais un nouvel enfant, je suis retournée voir mon médecin en étant extrêmement tendue.

Je venais de passer ces premières semaines de grossesse à cauchemarder et j’étais extrêmement anxieuse. Il m’a immédiatement rassurée. Nous avons su très tôt que le placenta était bien positionné et que le risque principal de cette grossesse était écarté. Malgré tout, les paroles maladroites de l’autre obstétricien m’ont poursuivie durant ces mois de grossesse. J’étais persuadée que j’allais mourir. En arrivant au bloc, l’équipe (excepté mon médecin) était très tendue car ils n’avaient pour la plupart pas assisté à une cinquième césarienne (il s’agit d’une toute petite ville de province, dans les grandes agglomérations c’est courant et on voit parfois jusqu’à 7,8,9 césariennes). Le gynécologue les a vite rassurés en leur affirmant que mon utérus était parfait. Je les ai tous entendu soupirer de soulagement. L’équipe était stupéfaite que mon utérus soit en si bon état. J’ai même eu un accord pour une sixième cesa (qui n’aura probablement pas lieu mais c’est une autre histoire).

Contre toute attente, cette cinquième césarienne fut la plus simple et la plus douce. Je me suis remise très rapidement de l’opération.

bébé césarienne

Mes conseils si vous voulez plusieurs enfants et que l’équipe est réticente :

  • ne pas hésiter à prendre plusieurs avis
  • ne pas hésiter à changer d’établissement quitte à faire de nombreux kilomètres pour trouver l’équipe qui nous convient
  • évoquer ce désir de famille nombreuse juste après les premières césariennes
  • espacer les grossesses
  • préparer un projet de naissance et déterminer très clairement ce qui est important pour vous (j’avais fait noter en rouge sur la première page de mon dossier que je refusais toute ligature des trompes)
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Grossesse et nouveau-né, les bienfaits de l'ostéopathie

Alors, combien de césariennes ai-je vécu ?
Oui, vous avez bien compté. J’ai cinq enfants. Ils sont tous nés par césarienne (en 2007, 2009, 2012, 2014 et 2018). On en entend peu parler mais oui, c’est possible !!!

Merci Perrine pour ce témoignage  !!! Cliquez ici pour lire l’article de Perrine sur l’allaitement, assez stupéfiant aussi Clignement d'œil

Recherches utilisées pour trouver cet articlecésarienne combien de temps entre deux enfants

5 réflexions au sujet de « Combien de césariennes ai-je vécu ? »

  1. Bonjour Perrine, bonjour à toutes les lectrices,
    J’ai 3 enfants. Tous nés par césarienne en 1993, 1995 et 1996. Mon gynécologue m’avait parlé d’une femme qui en avait eu 7 !
    Suite à 2 hémorragies utérines sévères, et comme une nouvelle grossesse aurait été au péril de ma vie, j’ai souhaité une ligature des trompes que je n’ai JAMAIS pu obtenir sous prétexte que si mes enfants venaient à mourir, je serais bien contente de pouvoir en refaire…
    Nous devons toujours nous battre comme femme, comme mère.
    Bonne journée
    Nathalie

    1. Bonjour Nathalie,
      Merci pour ton message poignant. Je suis bien d’accord avec toi. Nous devons nous battre comme femme, comme mère.
      Bravo aussi pour ton magnifique site (douceur, poésie, réflexion, un cocktail très inspirant pour nous les femmes).
      Bonne journée

      1. Merci Alexandra et bonne journée

  2. Bravo Perrine ! C courageux à vous de vous être battue face au corps médical ! Vous avez eu la chance de rencontrer un gynécologue obstétricien qui a su être à votre écoute ce qui n’est pas t le cas mais c’est tant mieux. Belle vie à vous tous

    1. Merci Dany pour ce commentaire ! Je pense qu’il ne faut pas hésiter à changer de médecin, si on ne se sent pas en confiance. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *