Education aux écrans : 4 actions concrètes

Les écrans font désormais partie de notre vie.

Vivre sans écran c’est comme nager à contre-courant.

Nous perdons beaucoup d’énergie pour peu de résultat. Mieux vaut nager dans le sens du courant et choisir où aller, il sera plus facile de s’orienter.

Pour nos enfants c’est la même chose.

Je vous propose  de nager dans le courant avec vos enfants et de les orienter.

Cela permettra à vos enfants d’avancer en sécurité et à vous d’être confiant dans leur capacité à faire face aux dangers d’Internet.

Education aux écrans : 4 actions concrètes à mener avec nos enfants

Il existe un lien statistiquement démontré entre la consommation massive de télévision, l’obésité et les troubles scolaires.

L’Académie des sciences a émis en janvier 2013 un avis dans lequel elle ne se prononce ni « pour », ni « contre » les écrans. Elle replace les technologies numériques dans l’histoire des grandes inventions humaines et leur appréciation dépendra de l’utilisation qui en est faite. Il y a quelques années, c’étaient les livres ou les BD qui étaient stigmatisés. Ce n’est pas le support en lui-même qui est bon ou mauvais mais bien l’usage qui en découle.

Dans tous les cas, il est constamment rappelé qu’abandonner un enfant devant un écran est un désastre éducatif.

4 actions concrètes à mener pour vivre avec des écrans

– Limiter les écrans

2 choses sont importantes :

– fixer des tranches horaires afin d’éviter les abus et prendre conscience du temps qui passe.

– regarder des programmes spécifiques afin de se positionner en acteur de sa vie et de ses choix.

Chez nous, nous avons mis en place un planning hebdomadaire qui prévoit un temps d’écran adapté à chacun.
Pour notre fille de trois ans : très peu d’écran (10 minutes de tablettes/semaine) c’est parfois un peu difficile pour elle mais après un bon câlin ça va beaucoup mieux.
Pour les plus grands (7 et 9 ans), ils ont droit à 50 minutes d’écran dans la semaine.
Les horaires sont prévus au planning. Ils savent à l’avance quand ils auront les écrans et combien de temps.

Pour le plus jeune (7 ans), c’est des jeux en compagnie de son papa parce que c’est son (leur) grand plaisir. C’est l’occasion de discuter de ce que l’on y voit et de la façon dont les jeux sont montés pour nous engager à certaines actions (donner de l’argent par exemple contre des jeux, ce que nous ne faisons jamais).

La plus grande (9 ans) préfère regarder des séries. Nous essayons de discuter ensuite des épisodes qu’elle a regardé et des difficultés rencontrés par les personnages. C’est souvent l’occasion d’évoquer les problèmes relationnels entre amis ou parents et enfants. Elle adore en ce moment Chica Vampiro qu’elle est autorisée à regarder… en version originale c’est à dire en espagnol. Ainsi, la série devient un instrument d’apprentissage ou du moins de sensibilisation à l’espagnol ! En plus elle adore ça !

Petit à petit nous essayons de discuter avec nos enfants des choix que nous faisons pour eux vis à vis des écrans.
La limitation de leurs temps d’écrans a d’ailleurs été l’occasion de réfléchir à notre propre consommation et à la limiter. Ce n’est pas facile mais en nous voyant nous autoréguler, ils s’approprient ces règles et les appliquent plus facilement.

Dans cette vidéo, Serge Tisseron souligne l’importance de prendre le repas du soir en famille sans écran, sans téléphone, à tout âge pour raconter notre vie, ce qu’on a vu sur les écrans.

C’est en discutant de ce qu’on a vu sur les écrans, que l’on peut prendre du recul et d’être acteur de notre propre vie.

Vidéo Tisseron : une règle de vie avec les écrans, le dialogue en famille

Si vous avez des difficultés à savoir où mettre le curseur, vous pouvez vous appuyer sur la règle de 3-6-9-12  :

3-6-9-12 image

– Varier les supports de stimulation et d’apprentissage afin que l’enfant mobilise ses 10 doigts et ses 5 sens

« Les écrans sont une formidable source d’apprentissage ». Cette formule de M. Tout-le-monde mériterait d’être précisée.
Sans doute les écrans sont-ils une formidable source d’information, ce qui ne veut pas dire d’apprentissage.

Il a été prouvé par exemple que pour enfant de moins de 2 ans, il n’existe pas de programme adapté qui serait sensé l’aider à acquérir des éléments de langage. Seul le temps passé devant l’écran (qu’il soit « éducatif » ou non) compte ; et il est nocif à cet âge !  Sans la relation humaine, émotionnelle, pas d’apprentissage ! Comme c’est bizarre…

« N’oubliez jamais que dans l’état actuel de la technologie les consoles ne mettent à contribution que quelques doigts. C’est pourquoi les automatismes de la console de jeune favorisent ni le développement de sa motricité fine, ni celui de sa créativité »

Serge Tisseron au sujet des enfants de 3 à 6 ans.

Alors comment faire en pratique ?

  • Découvrez avec vos enfants le vaste monde ! Ce vaste monde qui commence au delà de votre paillasson. Une expédition dans le quartier peut être passionnante (si vous vous les laissez être des explorateurs).
  • Un ballon ou un jeu de l’élastique (celui des cours de récréation) peut être d’une grande aide ! Là encore si vous jouez avec eux, cela sera plus facile. Et ça vous fera bouger un peu !
  • Les jeux « classiques » de dessin, coloriage, découpage etc sont parfaits pour la motricité fine. Si les enfants sont en phase de « détox » et qu’ils refusent ces jeux « trop nuls », gardez le cap, cela passera après quelques jours sans écran.
    Personnellement, je ne les force pas à jouer, je ne leur propose pas non plus de jouer avec eux… Je joue pour moi.
    Je m’installe sur la grande table avec une grande feuille blanche et de la peinture aquarelle, je dessine, je peints pour mon propre plaisir, je colle, je découpe. C’est une activité que j’ai essayé « pour les enfants » et que j’adore !  En général au bout de quelques minutes un ou plusieurs enfants se joignent à moi et sont partis pour une heure de travaux manuels.
  • Faites leur faire des « jeux de grands » : bricolage, jardinage. Tout ca, bien sûr, avec de vrais outils  ! Pas avec des outils pour bébé qui se cassent rapidement et qui valent une fortune.
  • Allez, une idée d’activité que j’ai pratiquée aujourd’hui : le jeux du démontage électronique. Mon mari avait fait des travaux de petite électricité et démonté des pièces d’un tableau électrique. Je leur ai donné ces pièces usagées avec quelques tournevis. Ma fille de 9 ans s’est régalée de retourner les pièces dans tous les sens et de les démonter avec le tournevis d’électricien.

Les jeux sont une source inépuisable d’activités qui les font bouger, sentir, gouter. En d’autres termes découvrir leur corps !

– Faire avec eux

Mon mari avait tendance à réclamer le silence pendant qu’il regardait un film avec les enfants. Surtout devant Star Wars, aussi culte pour lui que pour eux.
Depuis que nous avons lu 3-6-9-12, apprivoiser les écrans et grandir, nous avons appris que ce n’était pas une bonne idée : les images doivent être commentées !

N’hésitez pas à parler de ce que vous voyez avec vos enfants. Décrire les situation de façon narrative est un exercice très important.
N’hésitez pas non plus à parler des sentiments que les images provoquent en vous. Vous leur montrerez ainsi le chemin de l’expression des sentiments.

Profitez-en pour parler de vous, de ce que vous vivez aujourd’hui et de ce que vous viviez quand vous étiez enfants, à leur âge. Ils adorent ça !

– Leur expliquer les conséquences de leurs actes avec les écrans

Ce que l’on met sur Internet est visible par tous et tout le temps. Quel sera l’impact dans 20 ans de la photo que tu mets aujourd’hui sur Internet ?

Voici quelques vidéos pour les sensibiliser à cette caractéristique d’Internet. Commentez-lez avec eux en les laissant parler au maximum et en répondant à leurs questions.

Vidéo Anais prise sur le vif

Vidéo Fred et le chat démoniaque

En pratique, vous pouvez être vigilants de demander vous même à votre enfant son autorisation avant de parler de lui sur Internet ou de mettre sa photo. Cela lui permettra d’acquérir les réflexes du droit à l’image.

Bonne expérimentation et n’hésitez pas à partager !


Recherches utilisées pour trouver cet articleeducation aux écrans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *