EFT définition, pourquoi ? Pour qui ?

L’EFT est une thérapie psycho-énergétique courte qui a bien aidé mes filles pour des problèmes de sommeil, de difficultés de séparation, de peur des animaux.

Cliquez ici pour la séance sur ma fille Pénélope et cliquez ici pour voir comment l’appliquer seul à la maison.

Cela peut être intéressant pour les difficultés émotionnelles des parents et/ou des enfants, un mauvais souvenir d’accouchement, des problèmes de couple, des difficultés d’apprentissage…

Merci Christine pour cet échange Clignement d'œil

Les sujets abordés :

  • L’EFT, qu’est-ce que c’est ? (à 34 secondes)
  • L’EFT, quelle famille de thérapie ? (à 1 minute et 36 secondes)
  • L’EFT, dois-je nécessairement consulter ou puis-je l’appliquer seul ? (à 3 minutes et 14 secondes)
  • L’EFT : pourquoi ? (à 4 minutes et 43 secondes)
  • L’EFT pour les parents (à 6 minutes et 39 secondes)
  • L’EFT pour les enfants (à 7 minutes et 40 secondes)
  • L’EFT pour les tout-petits qui ne parlent pas (à 8 minutes et 27 secondes)
  • Cas perso : l’EFT avec mes enfants (à 10 minutes et 15 secondes)


Et merci à Christian et Marie-France pour la transcription 😉

PHEH : Bonjour. Bienvenue sur Parents Heureux Enfants Heureux. Je suis en présence aujourd’hui de Christine MALGOUYRES qui est praticienne en EFT et nous allons discuter d’EFT et de ce que ça peut apporter aux adultes et également aux enfants. Bonjour Christine.

Christine Malgouyres : Bonjour Alexandra.

PHEH : Peux tu nous dire ce qu’est l’EFT, à quoi ça sert et à qui ça s’adresse ?

Christine Malgouyres : EFT signifie : Emotional Freedom Technique. C’est une Technique de libération émotionnelle. A quoi ça sert et à qui ça s’adresse ? Ça sert en fait à libérer les personnes de leurs blocages émotionnels. En fait n’importe quelle situation qui nous dérange, elle nous dérange émotionnellement. A partir du moment où j’ai peur, où je suis agacée où je souffre de quelque chose il y a quelque part une émotion qui est en jeu et on peut, par un travail de tapotement sur des points spécifiques du corps qui correspondent au départ des méridiens, aller débloquer les émotions, la gêne qu’on a emmagasinée dans notre corps.

PHEH : C’est un travail plutôt énergétique ou plutôt médical puisque ça part des méridiens, que peut-on dire ?

Christine Malgouyres :

L’EFT fait partie de la famille des thérapies psycho-énergétiques. On dit psycho parce qu’on parle. On utilise sa pensée, ses croyances, sa vision de la situation, on met des mots, et énergétique parce qu’on travaille sur des méridiens en même temps.

PHEH : c’est aussi une thérapie courte.

Christine Malgouyres : On ne connaît pas en avance le nombre de séances  C’est vrai que la plupart du temps, on est surpris par la rapidité des résultats. On les sent pendant la séance elle-même. On sent une libération qui se fait et la libération des émotions bien sûr mais aussi de toute la manière dont elles s’étaient installées dans le corps. Ça peut être des crispations à certains endroits qui se relâchent.

PHEH : On va travailler le corps mais aussi, comme tu disais, avec la parole parfois on arrive peut-être à comprendre la cause ?

Christine Malgouyres : Oui c’est ça, c’est à dire que ce n’est pas du tout une thérapie où on cherche à interpréter les choses. Ce que j’aime beaucoup c’est la notion d’accompagnement et en fait on ne fait que accompagner ce qui est là.

Si on découvre un lien de cause à effet entre certaines choses ce n’est pas parce qu’on est allé les chercher mentalement, c’est parce que, tout au long du déroulé de la séance, on se rend compte qu’il y a des choses qui apparaissent et on les prend en compte et on les tapote et on les laisse partir.

PHEH : Il y a beaucoup de personnes aussi qui pratiquent seuls parfois l’EFT. A la fin de la séance tu as montré à Pénélope comment elle peut faire. Il est intéressant aussi de venir faire une séance au moins en consultation pour les choses un peu plus lourdes que l’on ne peut pas faire tout seul et ainsi, après, on apprend la technique facilement et on peut le remettre en cause lorsqu’il y a des petits blocages. Ça permet de s’autonomiser.

Christine Malgouyres : C’est ça que je trouve bien. Ce que j’apprécie dans les outils que j’utilise,  quels qu’ils soient, les formes que j’adopte, les outils que j’adopte, c’est toujours de pouvoir les proposer, les expliquer et faire en sorte que les gens puissent se débrouiller le plus possible par eux-mêmes dans le quotidien. Donc il y a effectivement un aspect de l’EFT qui est dans le quotidien, quand je ressens une gêne, un malaise dans une situation donnée, physique ou émotionnelle, je peux en connaissant ces points et en les tapotant, m’apaiser par moi-même. Et puis, il y des cas de figures où j’ai beau tapoter, finalement je ne sens pas que ça baisse, il y a quelque chose qui fait que ça ne baisse pas où c’est un souvenir trop douloureux, trop compliqué, trop embrouillé ou c’est trop large, je n’y vois pas clair donc je n’arrive pas par moi-même à tapoter dessus efficacement et bien à ce moment là me faire accompagner ça aide parce que la personne en face va m’aider à déblayer le terrain et à aller sur l’endroit sensible où on a plus de mal à aller tout seul.

PHEH : les gens viennent te voir pourquoi en général ?

Christine Malgouyres : ça peut être par rapport à un problème de poids, une prise de poids malgré les régimes, malgré tout et donc on va voir ce qu’il y a comme croyance, comme blocage émotionnel ou à quel moment la prise de poids a eu lieu. On essaie de voir largement tout ce que le corps a pu emmagasiner comme données pour garder le poids. Ca peut être un souvenir douloureux d’enfance qui ne passe pas et qui reste dans l’esprit des personnes. Elles aimeraient bien s’en débarrasser. ça peut être des deuils, des situations traumatiques, des souvenirs de violences physiques ou émotionnelles, ça peut être parce qu’il y a certaines personnes qui font de la thérapie et puis qui se rendent compte à moment donné qu’il y a des douleurs ou des blocages physiques qu’ils perçoivent comme un signal, qu’il y a quelque chose avec ça et qui n’arrivent pas à aller plus loin dans la thérapie verbale donc qui souhaitent utiliser la thérapie psycho-énergétique parce que là, même si on n’a pas accès à la cause du blocage physique on peut quand même s’en occuper et le travailler. Il y a aussi des personnes pour des souvenirs traumatiques, des violences, un accouchement qui ne s’est pas passé comme elles auraient voulu et du coup ça reste un mauvais souvenir pour elles, éventuellement pour leur bébé. On vient aussi pour son enfant, pour soi, je l’ai aussi utilisé des fois dans le cas d’une médiation. Des personnes qui voulaient s’entendre mieux et qui avaient gardé des souffrances de mots qu’elles s’étaient dites. Finalement elles avaient toute la bonne volonté de mieux s’entendre mais il y avait encore la souffrance du passé.

PHEH : pour les parents par exemple ?  Une fois tu m’avais fait une séance parce que j’avais une difficulté avec mon fils qui faisait une « crise » et je n’arrivais pas à gérer. Emotionnellement c’était dur pour moi et juste en tapotant, en faisant la séance, ça m’avait bien aidée, ça m’a libérée et ensuite j’étais plus à l’aise avec lui. Je suppose que ça peut aussi aider les parents qui ont des difficultés.

Christine Malgouyres : Oui. Moi par exemple si à un moment donné je suis trop touchée par quelque chose qui me déclenche, une réaction d’un de mes enfants et je sens que je ne vais pas avoir une réaction choisie, je suis dans l’émotion, c’est un outil supplémentaire. Je peux m’isoler, me tapoter avec tout ce que ça déclenche jusqu’à ce que je me sois libérée de mon intensité et que je puisse à nouveau m’occuper de la situation d’une manière plus choisie.

PHEH : les enfants aussi peuvent venir pour les peurs. Peut-on traiter aussi par exemple les troubles de l’apprentissage. Est-ce que ça peut aider ?

Christine Malgouyres : ça peut aider parce qu’il y a une dimension émotionnelle également.

PHEH : l’émotionnel bloque les apprentissages.

Christine Malgouyres : c’est ça. Ça bloque les apprentissages. A partir du moment où je suis pris dans mon émotion, mon cerveau  néocortex  ne fonctionne plus bien donc tout ce que je me dis sur moi dans une situation donnée, ça peut se tapoter. Par exemple, « je n’y arrive pas, je n’y arriverai jamais »peut se tapoter en « même si je crois que je n’y arrive pas, que je n’y arriverai jamais, je suis un chouette enfant. »

PHEH : comment ça se passe avec les enfants qui ne parlent pas ? Ceux qui ont moins de 2 ans par exemple et qui ont des difficultés ? Est-ce qu’on peut le tapoter, est-ce que la maman peut tapoter ? Ça peut fonctionner sur l’enfant comme il y a une partie énergétique. C’est comme ça que ça fonctionne ?

Christine Malgouyres : oui parce qu’il y a un transfert qui se fait. Même pour un enfant qui n’aurait pas envie de tapoter. A ce moment là souvent les parents sont connectés à leur enfant, ils le perçoivent, ils imaginent, ils ressentent ce qu’il se passe pour lui. On peut tapoter à partir de ce que le parent amène. On peut aussi, parfois, aider la situation en tapotant pour l’enfant et pour les parents ; parce qu’une situation pénible déclenche soit de la tristesse, de l’agacement, de l’impuissance, donc il est intéressant de le faire pour l’enfant et puis pour ce que, moi en tant que parent, ça me fait vivre cette situation.

PHEH : il est intéressant qu’il y ait le parent qui reste pendant la séance ? Parce que là par exemple quand on a fait la séance avec Pénélope j’étais là je sentais bien que, émotionnellement, il y avait des choses qui se jouaient en moi même si c’était entre vous.

Christine Malgouyres : ça peut être intéressant. Il y a des fois c’est aussi au feeling. Une fois une maman, à moment donné, a dit à son enfant  » est- ce que tu veux que je sorte ?  » Elle l’a proposé à son enfant, elle l’a senti comme ça et l’enfant a remercié, a dit oui et justement elle voulait lui créer un espace de liberté où il puisse dire ce qu’il veut, y compris sans se censurer pour sa maman.

PHEH : il n’y a pas de règle.

Christine Malgouyres : oui.

PHEH : j’ai expérimenté l’EFT avec Pénélope deux fois et avec ma fille Bérénice quand elle était petite et qu’elle ne parlait pas encore. C’était pour des problèmes de sommeil justement. Pour Pénélope au début  qui avait peur de la séparation et là, maintenant pour sa peur des chats. Ce qu’il y a d’intéressant c’est que, après, une fois, je m’étais retrouvée avec Bérénice qui avait peur des chiens alors que je ne savais pas du tout faire l’EFT et du coup je me suis mise à tapoter, elle s’est mise à le faire avec moi, elle ne savait pas parler, elle chantait un petit peu. On était dans une ferme où il y avait des chiens et du coup ça l’a handicapée. Elle était bloquée, elle ne pouvait pas marcher, Il fallait tout le temps que je la porte tout le temps et je me disais qu’il n’était pas possible de rester dans une ferme pendant un mois avec sa peur des chiens. On a fait ça et le lendemain elle marchait à côté des chiens. Elle n’allait pas les caresser mais elle marchait. Tout ça pour dire que vraiment c’est puissant. Je n’avais jamais fait de formation. C’était juste sur le souvenir d’une séance. Elle a réussi à surmonter sa peur suffisamment pour qu’on puisse vivre.

Christine Malgouyres :

Les enfants ont beaucoup moins de frein que nous à quitter leur blocage et leur peur donc ça marche en général beaucoup plus vite et beaucoup plus efficacement que sur un adulte.

En plus, un deuxième avantage c’est qu’on ne risque pas grand chose à essayer. Il n’y a pas d’effets secondaires, indésirables. Donc un enfant qui rentrerait d’une situation où il a été contrarié, agacé ou autre, on peut lui proposer justement de nous raconter la situation, d’être purement dans l’écoute. Éventuellement de reformuler si on a l’habitude de l’écoute empathique, d’être de tout cœur avec lui et, s’il est d’accord, de lui tapoter en même temps les points. Il est branché sur sa situation toute façon s’il la raconte. Tapoter quelquefois il y en a qui n’aime pas c’est désagréable. On peut leur proposer de les masser  » est ce que tu es d’accord, tu me racontes ce qu’il s’est passé aujourd’hui, moi pendant ce temps je t’écoute et je te masse les points pour t’aider à aller mieux ». Ça peut se faire. On parle d’une procédure quotidienne d’apaisement si on a envie de prendre le temps tous les jours de faire le point puis d’évacuer toutes les émotions de la journée. Ça peut être un temps à deux comme ça.

PHEH : en tous les cas l’EFT est un très bon outil pour les parents et les enfants et je vous recommande de l’essayer si jamais ça vous tente (Cliquez ici pour voir une séance filmée). Christine exerce en Aveyron. Je mettrais les coordonnées sur le site. On peut la joindre par Skype également, même à distance. Je vous dis à très bientôt sur Parents Heureux Enfants Heureux (#PHEH).

EFT définition selon Sophie Merle :

Conçue aux Etats-Unis par Gary Craig dans les années quatre-vingt  dix, Emotional Freedom Techniques ou plus communément nommée EFT (e-f-ti), est une modalité de soins émotionnels d’autant plus séduisante  qu’elle  autorise de profonds changements bien souvent sans l’aide d’un thérapeute.
Connu sous les termes interchangeables de Médecine  énergétique, de  Psychologie énergétique, d’Acupuncture émotionnelle, de  Thérapie des méridiens  ou encore de Méthode de tapping, EFT effectue actuellement une percée triomphale  à travers le monde entier. Un succès qui repose sur une action facile qui  redonne son aisance naturelle au corps et à l’esprit.

EFT rétablit l’harmonie énergétique par le biais des méridiens de l’acupuncture chinoise,
chemins qu’emprunte l’énergie pour se mouvoir à travers notre organisme.

Ce rétablissement énergétique s’exécute par un tapotement léger du bout des  doigts sur certains points précis du visage, du  haut du corps et des mains, tout  en portant son attention sur la souffrance ressentie. Les blocages d’énergie qui  l’occasionnent vont alors se dissoudre,  libérant rapidement la personne du mal  qu’elle éprouvait.

Des troubles énergétiques provenant de chocs émotionnels non résolus sont la véritable cause de toutes nos peines,  angoisses, et tourments.  Ce n’est pas l’évocation d’un  souvenir malheureux qui produit la souffrance morale et ne joue qu’un rôle  secondaire. La détresse éprouvée provient en premier lieu  de blocages d’énergie  qui se sont formés au moment du choc émotionnel, initiant  une perturbation  énergétique aussitôt que l’on se remémore l’événement ou que l’on pense à des  choses qui lui ressemblent. Lorsqu’un  événement ne laisse pas de traces dans le système énergétique, l’évoquer ne  produit aucun sentiment de peur, de  tristesse, de colère, etc.


Avec « l’EFT classique »,
vous serez à même de résoudre une foule de problèmes tels que …
Pénuries  d’argent…
Appauvrissement  affectif…
Solitude… Rejet… Chagrin
d’amour…
Colère… Rancune…  Culpabilité…
Remords… Doutes…
Angoisses…
Croyances négatives…  Blocages créatifs…
Souvenirs
tragiques… Désespoir… Regrets…
Manque de confiance en soi… Trac…
Timidité…
Désillusions…  Errements dans la vie…
Phobies…
Hantises… Panique…
Problèmes de  poids…
Stress… Anxiété…
Insécurité…
Besoins additifs…  Habitudes nocives…
Obsessions…
Idées fixes…
Fatigue chronique…  Douleurs physiques…
Insomnies…
Cauchemars… etc.
Tous  ces problèmes peuvent se résoudre avec l’EFT et les preuves abondent.
Rétablir  son harmonie énergétique permet de réussir  là où l’on a toujours connu  l’échec.  Les barrières
se lèvent  soudainement autorisant désormais une  progression libre en direction de son choix.

Je vous le répète en bonne connaissance de cause (en ancienne agoraphobe que j’étais, paralysée de peur en tout domaine de ma vie), vous pouvez vivre une  existence florissante. Et pour y arriver, il n’y a guerre de  formules plus  simples que la réharmonisation de votre système énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *