Eric Gaspar et neurosciences pour faciliter l’apprentissage !

Il a une conviction : l’échec scolaire n’est pas une fatalité !

Il a transmis cette pensée, fondée sur les neurosciences à des milliers d’enseignants.

Eric Gaspar est fondateur du projet Neurosup, prof de math et auteur du livre Explose ton score au collège.

Nous l’avons interrogé sous la forme de 4 courtes vidéos (moins de 7 minutes chacune)  :

Eric Gaspar et neurosciences pour faciliter l’apprentissage.

– Les neurosciences confirment-elles l’éducation bienveillante et positive ?

Céline Alvarez et les neurosciences font-elles bon ménage ?

– Une astuce pour stimuler l’attention et la concentration.

Et un bonus pour les Profs qui se bougent !

Cette vidéo est la première de la série. Bonne vidéo !

La transcription texte si vous préférez (Merci à Marie-France et Christian !)

PHEH : Bonjour Eric. Bienvenue sur Parents Heureux, Enfants Heureux.

Eric Gaspar : Bonjour. C’est gentil à toi.

PHEH : je suis aujourd’hui avec Eric GASPAR, Professeur de Maths, qui s’occupe aussi de neurosciences. Eric, peux-tu nous expliquer quel est ton projet et comment il se développe ?

Eric Gaspar : oui, bien sûr. Le projet s’appelle neurosup. Neuro comme neurone et sup comme supérieur. J’en suis le créateur et l’unique formateur. L’objectif de ce projet est de tirer parti des dernières avancées en neurosciences pour divulguer, dévoiler, voire tester des passerelles qu’il pourrait y avoir entre les découvertes récentes sur le fonctionnement du cerveau et des astuces que l’on pourrait utiliser dans le milieu scolaire, que l’on soit professeur ou parent d’élèves ou élèves, pour se faciliter justement la tâche d’apprentissage.

PHEH : tu es prof en lycée. Quel est l’objectif en fait des neurosciences ?

Eric Gaspar : l’objectif des neurosciences est de connaître le fonctionnement du cerveau qui reste pour l’instant, l’organe le plus mystérieux pour la médecine puisque jusqu’ à présent on ne pouvait le consulter, l’observer, qu’après la mort alors que là, grâce aux progrès de l’imagerie médicale, en particulier l’IRM qui est la plus connue de ces imageries, on peut voir quelles zones du cerveau sont particulièrement activées quand on lit, quand on est en train de parler, quand on est en train de rêver ou de dormir.

PHEH : comprendre le fonctionnement du cerveau, d’accord. Est-ce que l’objectif des neurosciences est de dire :  » voilà comment il faut apprendre, voilà comment on va apprendre plus facilement  » ?  C’est une conséquence finalement des neurosciences ?

Eric Gaspar : Oui c’est plutôt la deuxième piste que tu viens d’établir. L’idée est de dire : il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes pour apprendre ; il y a simplement des méthodes qui demandent plus ou moins d’énergie au cerveau et donc les neurosciences et les projets neurosup se proposent de se centrer sur celles qui demandent le moins d’énergie possible de manière justement à rendre l’apprentissage assez naturel, assez agréable pour les enfants et de ne pas les décourager, voire les écœurer, dans un système scolaire qui parfois est très normé, voire normatif et qui incite les élèves à aller vers des méthodes très coûteuses en énergie. Il y a des enfants qui arrivent très bien à l’école, quelque soit leur niveau, avec des méthodes coûteuses en énergie et qui ne sont pas découragés. D’autres, par contre, sont découragés par cette simple chose et donc l’idée est de leur offrir la possibilité de redémarrer leur vision de l’école sur un point qui leur paraît plus accessible.

PHEH : c’est comme si on identifiait plusieurs méthodes et qu’on pouvait faire son marché en fonction de la sensibilité de chaque élève, de chaque enfant, s’adapter à lui finalement ?

Eric Gaspar : voilà, c’est ça. C’est d’abord lui donner quelques connaissances, de manière ludique ou de manière sérieuse, cela n’a pas d’importance parce que les enfants aiment bien apprendre du moment qu’il ne faut pas les restituer de façon scolaire, les enfants aiment bien recevoir des informations et sont particulièrement fascinés par le cerveau dont parfois ils ignorent l’existence tout simplement, et, quand on a des connaissances qui peuvent expliquer certains phénomènes qui les déstabilisent comme par exemple  » ah, je ne me souviens plus de ce que je voulais dire, ah, j’ai un mot sur le bout de la langue, ah, j’ai dormi cette nuit et c’est bizarre parce que j’ai la sensation d’avoir l’esprit plus clair après etc… et bien, quand il y a quelqu’un en face qui dit  » : «  tu sais que tout ça c’est normal, tu sais que tout ça c’est naturel et tu sais que  si, du coup, tu as remarqué ça avec le sommeil et bien rien ne vaut un apprentissage avant le sommeil ou tu sais justement que, quand ton cerveau fait le ménage à ta place pour nettoyer via l’effacement, et bien si tu veux qu’il efface il te suffit de ne pas t’entraîner et il effacera tout seul et si tu veux qu’il n’efface pas et bien il faut surtout t’entraîner. »

PHEH : Nous sommes ici au festival pour l’Ecole de la Vie et tu viens de faire une conférence que l’on peut retrouver partiellement sur YouTube puisque tu as fait des conférences au TedX par exemple.

Ce sont des conférences qui sont pleines d’humour parce que les neurosciences c’est sympa de parler de tout cela parce qu’il y a beaucoup de réflexes que l’on connaît et on arrive à mettre des mots scientifiques sur des choses qui nous arrivent tous les jours.

Eric Gaspar : ce qui fait la force du sujet c’est que l’on parle de » nous » et » nous », forcément, ça intéresse tout le monde et à partir du moment où on n’est pas là pour critiquer le  » nous » mais pour en rigoler et, en plus, avoir une explication. C’est jouissif et c’est pour ça que le public généralement réagit très, très bien et est assez content de partir avec une connaissance joyeuse de soi-même.

Un grand MERCI au Festival pour l’école de la vie , et en particulier à Julien Perón qui a permis la rencontre 😉

Le livre d’Eric Gaspar :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *