Publié le

L’instruction en famille : comment est-ce possible ?

instruction-en-famille

 

Contrairement à l’idée reçue qui veut que l’école soit obligatoire en France entre 6 et 16 ans, c’est l’instruction qui est obligatoire, ce qui autorise en toute légalité l’IEF – l’Instruction En Famille. (voir  les Textes de loi sur l’instruction en famille)

En quoi consiste l’instruction en famille ?

L’instruction en famille concerne l’instruction donnée au sein de la famille par un parent – ou une personne de leur choix – qui décide de la progression pédagogique et des supports utilisés, notamment des cours par correspondance. L’objectif pour l’enfant est d’atteindre à 16 ans la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Pour en savoir plus, voir le Décret n° 2016-1452 du 28 octobre 2016 relatif au contrôle de l’instruction dans la famille ou des établissements d’enseignement privés hors contrat.

Pour veiller au respect des droits des enfants à l’instruction,  la Direction des services départementaux de l’Éducation Nationale mène une enquête tous les ans. D’autre part, l’enfant fait l’objet d’une enquête à caractère social tous les deux ans.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Léandre Bergeron nous parle de l'école à la maison

Un mot sur les contrôles pédagogiques

Les contrôles pédagogiques sont hautement controversés. Les associations qui traitent du droit à l’instruction à domicile ont réalisé une enquête en 2009 où il apparaît que les contrôles pédagogiques sont extrêmement mal perçus par les familles.

Sur plus de 320 familles interrogées (disséminées sur 72 départements), 90% sont insatisfaites de la manière dont se déroulent les contrôles. L’un des principaux griefs porte sur leur contenu : le contrôle repose sur le programme officiel de l’Éducation Nationale alors que les parents sont libres de suivre le rythme qu’ils souhaitent, la seule condition étant d’atteindre le seuil du socle commun à 16 ans.

D’autre part, 30 % des rapports rédigés par les inspecteurs ne seraient pas conformes à ce qui a été dit ou constaté pendant le contrôle.

 

L’instruction en famille en quelques chiffres

0,3% des enfants de 6 à 16 ans ne vontlaia.asso.free.fr/chif1 pas à l’école, soit moins de 25.000 enfants sur les 8,1 millions d’enfants concernés par l’obligation d’instruction.

En 2015, 30% de ces enfants sont instruits en famille, soit 7.500 enfants.

IEF, les cours par correspondance

Les autres enfants sont inscrits au CNED (60%) et en cours par correspondance privés (10%) (Cours Legendre, Cours Pi, Cours Sainte Anne, Cours Saint-Expedit, Cours Vladimir, Ecole Ker Lann, E.P.C, Enseignement A Distance (EAD) …).

 

Les formalités

Nous parlons ici uniquement de l’IEF (Instruction en famille) et non de l’enseignement à distance pour lequel l’enfant est inscrit auprès d’un établissement et enseigné à distance.

Si nous décidons d’opter pour l’instruction en famille, il nous suffit d’envoyer deux courriers déclaratifs au moment de la rentrée scolaire. (voir modèle de courrier d’instruction en famille). Si nous nous décidons en cours d’année scolaire, ces déclarations doivent être envoyées dans les huit jours qui suivent le changement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Libérer SES POTENTIALITES grâce aux REFLEXES ARCHAIQUES

Ce sont bien des déclarations et non des demandes d’autorisation :

  • une déclaration au maire de notre commune ;
  • une déclaration au directeur académique des services départementaux de l’Éducation nationale.

Pourquoi choisir l’instruction en famille ?

Le choix de l’IEF est personnel à chacun. Il peut découler de contraintes matérielles et logistiques. Des écoles à la campagne ferment chaque année et les heures de transport s’étirent dangereusement pour l’équilibre des enfants. En primaire, certaines classes sont surchargées et regroupent trois niveaux scolaires différents pour un seul enseignant !

Certaines familles ont une vie nomade qui est incompatible avec l’école. C’est de plus en plus le cas avec l’économie digitale pour les freelances et la possibilité de travailler à distance pour les salariés.

Il peut y avoir des problèmes de sécurité qui sont plus fréquents dans les villes et leur périphérie mais qui malheureusement gagnent les campagnes. Violences, rackets, intrusions de personnes extérieures, drogue, harcèlement…

Il arrive qu’une incompréhension, voire une incompatibilité, avec le ou les enseignants, et/ou le directeur de l’établissement, pousse à ce choix…

…ou tout simplement le rejet de l’Éducation Nationale si celle-ci ne remplit plus sa mission…

Rien ne nous interdit de réfléchir à l’alternative de l’IEF pour nos enfants. Les démarches sont simples mais c’est à nous d’organiser notre vie pour qu’elle puisse être compatible avec ce mode d’instruction.

Et nous, quel choix avons-nous fait ?

Nous avons expérimenté l’école privée (non alternative) et l’école à la maison pour nos trois premiers enfants. J’ai beaucoup apprécié l’IEF qui m’a permis de découvrir la joie et l’émerveillement des apprentissages autonomes. Cela nous a aussi permis d’améliorer notre vivre-ensemble et les compétences relationnelles ou l’intelligence émotive, souvent oubliées dans les écoles. Les sorties et les compétences artistiques et sportives ont été valorisées. C’est aussi grâce à l’instruction en famille que je me suis formée à la parentalité et que j’ai travaillé sur les 12 obstacles à la communication. Nos relations ont été radicalement transformées 😉 D’une difficulté de garder les enfants toute la journée, je suis passée à un plaisir de les voir s’épanouir 😉

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Intègre et authentique, Léandre Bergeron vit sa définition de la liberté !

Et vous, quel est votre choix pour l’instruction de vos enfants ?

Le sujet vous intéresse ? Cliquez ici pour voir le témoignage de Léandre Bergeron, père ayant pratiqué l’instruction en famille à ses trois filles et cliquez ici pour découvrir le témoignage de Déirdre Bergeron, sa fille devenue adulte, non-scolarisée. 

2 réflexions au sujet de « L’instruction en famille : comment est-ce possible ? »

  1. Bonjour,
    Je suis persuadée que l’éducation a la maison en famille quand elle est bien faite est une meilleure alternative pour nos enfants , l’attention ,l’écoute, la bienveillance , la pédagogie et j’en passe sont des critères qui se perdent dans beaucoup d’établissements scolaire , sans parler de l’insécurité !mais il faut bien garder une sociabilisation qui peut être faite grâce au sport collectif , la musique ou bien d’autres choses .
    Pénélope, Victor, Bérénice et Eve ont beaucoup de chance d’avoir les parents qu’ils ont . Je vous félicite , vous êtes une merveilleuse famille .
    Gros bisous
    Nanie

    1. Bonjour Nanie,
      Il faut en effet bien peser le pour et le contre de ce que l’école ou l’instruction en famille peuvent apporter à l’enfant, à son enfant qui est unique avec ses particularités. Penser aux besoins de son enfant, à ce moment précis, quel est son besoin le plus criant et comment le nourrir ? Le choix est aussi fonction de l’enfant et de l’organisation familiale. Bien entendue, la sociabilisation fait partie des besoins de l’enfant. Elle peut effectivement être apportée par l’école ou par d’autres moyens.
      Merci pour ton commentaire.
      Belle vie à toi et ta famille !
      Alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *