Je suis “un cobaye” pour l’apprentissage de la tolérance

Aujourd’hui, c’est Christelle du blog ronde-atomique, un blog sur l’épanouissement personnel des personnes rondes, qui nous livre un témoignage sur comment tirer parti de ses rondeurs pour enseigner la tolérance à son enfant.
Si ses propos font écho en vous, allez-vite consulter son site ronde-atomique !
Merci Christelle pour ce témoignage.

Je suis une maman obèse…  Quel vilain mot que ce mot “d’obèse” juxtaposé au plus joli mot de la langue Française “ MAMAN”.

Certains diront quelle importance ? Mais dans notre monde si normé, si formaté, ce n’est pas si simple de ne pas se poser la question de “cette particularité”. Le surpois et a fortiori l’obésité, sont si décriés dans notre société…

La personne concernée est jugée, préjugée et les critiques sont souvent acerbes sur le sujet.

Alors, dès que j’ai pensé à enfanter, dès je suis devenue maman, je me suis posée cette question piquante et si injustement prégnante : “ Quel va être le regard de ma fille sur mon obésité ? Dans quelle mesure sera-t-elle par ricochets concernée pour ne pas dire atteinte par cette obésité ? “

Ben oui, parce que je sais bien que les regards sur l’obésité ont des conséquences sur la personne concernée mais il y a également des conséquences sur les  personnes qui l’entourent. La discrimination à l’égard de la personne obèse atteint aussi son entourage…

Tolérance enfantParadoxalement pour ceux qui ont des a priori, nous consommons à la maison, beaucoup de fruits et légumes, plus souvent du poisson que de la viande  et bien peu d’aliments industriels.

Nous sommes gourmands certes, mais connaissons le sens des mots “hygiène alimentaire” 😉 et mon obésité n’a rien à voir avec “la mal bouffe ou les problèmes endocriniens “… Quel mystère pour la médecine, la société et  moi-même 😉  Pourtant je vous assure, je suis une vraie personne et j’existe pour de vrai 😉

C’est à mon sens la première des éducations à donner à notre fille pour qu’elle commence à s’ouvrir positivement à la différence. Car il s’agit bien de cela, je suis en surpoids depuis mon plus jeune âge et j’ai tenté tous les régimes. J’ai dû perdre plus de 100 KG en 30 ans et j’ai systématiquement tout repris comme un boomerang plus loin lancé, plus fort revenu. 😉

A 40 ans passé, j’ai enfin fait le choix, ou plutôt pris la décision de ne plus faire de régime, je ne lutte plus contre mes kilos et j’essaye jour après jour de faire la paix avec eux et croyez bien que les négociations sont  parfois rudes 😉

Ce “choix” que j’ai fait, ce parti pris que j’ai adopté,  aura forcément une incidence sur ma puce “ Ta mère ressemble à une baleine”, “ta mère est grosse et moche ”  etc. etc.

Alors, écartelée entre la souffrance que mon surpoids peut générer pour mon enfant et ce choix vital d’accepter mon état que j’ai fait pour moi, je n’ai qu’une seule obsession, que ma fille soit un être humain éclairé ! Zoé sera différente, éduquée et avertie ! Son degré de tolérance sera “travaillé dans le respect de l’autre”, dans le respect de la différence et je serai “son cobaye” ! OUHAOU quel vaste programme !

Je ne vous ai pas tout dit mais en plus d’avoir une maman obèse, ma fille a un papa “noir” … Oui, je sais, j’ai poussé le bouchon très loin dans l’anticonformisme 😉 Pauvre gosse lol

La différence, vaste sujet 

Comment faire comprendre la différence à l’enfant ? En fait ce n’est pas la vraie question car la différence l’enfant la perçoit très vite. Comment positiver la différence ? serait plutôt la question.

Ma fille, après avoir initialement réparé mon égo en ventant les mérites de “mon gros bidou tout doux”,  aujourd’hui, à la veille de ses 5 ans me  demande pourquoi j’ai “de grosses fesses, des gros nénés et un gros bidou ? ”.

http://ronde-atomique.com/maman-tres-ronde-et-tres-heureuse/

Elle me dit maintenant que  mon ventre serait mieux moins gros… Quel choc !

6 mois avant elle me trouvait la plus belle et la plus moelleuse et six mois après elle m’interroge sur le pourquoi de ce gros “bidou” et souhaiterait qu’il en soit autrement… Passé ce coup de masse auquel je m’attendais mais qui a tout de même été un choc. La première fois que je reçois son message, ma réaction est gênée et je suis plutôt dans le “c’est comme ça”,  je ne vais pas au delà de cette non-explication…

Dès le lendemain la question m’est reposée car évidemment je n’ai pas répondu à ses attentes…    Alors là je prends mon courage à deux mains et je lui demande  :

Difference in Parenting Styles-“Pourquoi mon ventre est ‘il  trop gros ?” 

-Réponse -“Parce que” !

-“Et parce que quoi ma puce ?”

-“ Je ne sais pas mais il est trop gros.”

 -“Est ce que mon ventre te dérange ?”

-“ Non maman. “

-“Je ne comprends pas, tu l’aimais bien mon gros “bidou”,  tu le trouves confortable non ?”

-“ Oui beaucoup”

-“ Alors qu’est ce qui te fait dire qu’il est trop gros ? “

-“Je ne sais pas …”

-“ Parce qu’il est différent du tien ? “

-“Oui ton “bidou” est plus gros que celui de papa.”

-“Et tu ne l’aimes pas ?”

Pas de réponse…

-“Il ne te plait pas ?”

Pas de réponse… 

-“Oui je sais chérie, maman est plus grosse que papa mais tu sais, ce n’est pas un choix, je n’ai pas choisi d’avoir un gros “bidou” et je crois que j’aurais préféré en avoir un plus petit mais la nature en a décidé autrement et j’ai accepté mon ventre. Je crois que j’ai appris à l’aimer pour ce qu’il est car il fait partie de moi.  Par exemple, tu vois toi Zoé, ta peau est couleur caramel ?”

-“ Oui je suis caramel “

-“Et as-tu choisi d’être caramel ? “

-“Non c’est ma couleur “

-“Eh bien nous y sommes, de la même manière que tu es caramel et que cela ne peut pas changer et que tu es différente des personnes “marrons” ( oui ma fille dit marron et non noir ) ou “blanches”, et bien moi, je suis grosse, j’ai un gros ventre et je ne suis pas mince comme papa.”

Je vous assure que cette conversation est l’une des plus difficiles que j’ai eu à avoir dans ma vie car justifier de mon surpoids en ces termes c’est vraiment pas le plus simple à faire. Pour autant, bizarrement, alors que le sujet avait été mis et remis sur la table pendant 3 jours, cette fois là il n’y a plus du tout eu de questionnements et  les jours suivants non plus.

La conversation s’est finie avec un grand sourire où ma fille m’a lancé “Mais maman, je rigole, moi je l’adore ton gros bidou” 😉

Mon conjoint et moi même, lui expliquons en plusieurs occasions, les bienfaits d’être tous différents, la richesse des échanges entre personnes différentes tant par la pensées que par le physique.

Dans la classe de ma fille, il y a un enfant qui a la particularité d’être autiste et Zoé me dit souvent “ tu sais maman Adam il est différent mais il est gentil et il n’a pas choisi ”. Cela lui permet de comprendre, le non choix de cette différence et la nécessité de l’acceptation de soi et de l’autre dans son entier, pour ce que nous sommes, sans discrimination.

Je sais que la question de mon surpoids refera surface à différentes époques de sa vie et que je devrais être de plus en plus transparente sur ma réalité d’obèse mais mon plus grand travail en tant que maman est de lui proposer l’autonomie de réflexion, l‘ouverture d’esprit qui constitueront le blindage face aux regards et critiques malveillants qui pourraient surgir.

J’avais déjà grâce à plusieurs ouvrages pour enfants abordé avec ma fille la notion “des différences” au sens large du terme : les différents types de famille (hétéro-parentalité ou homoparentalité), les différents modes de procréation (classique ou assistée) pour répondre à la fameuse question « comment on fait les bébés? », le handicap physique ou mental mais curieusement je n’ai jamais rien trouvé de très construit sur l’obésité. L’obésité de l’enfant est vaguement abordée oui mais pas l’obésité de son ou ses parents. Finalement traiter de l’obésité semble être encore plus tabou que de traiter de l’homosexualité ou des handicaps… Serait- ce parce que l’on juxtapose une notion de “responsabilité” au “statut d’obèse “ ?

Je contribue donc je l’espère à enrichir l’intellect de ma fille sur les notions de tolérance. J’espère que grâce à son ouverture d’esprit, elle saura contrer les moqueries éventuelles quant à l’obésité de sa maman pour en limiter les impacts négatifs. En effet, lorsqu’un enfant se moque d’un autre enfant sur des caractéristiques physiques ou autre, si cet enfant moqueur reste sans réponse, alors il  s’acharne à continuer ses moqueries… Donc plus ma fille aura les arguments pour répondre à l’intolérance, plus elle « éduquera » le moqueur à ne plus se moquer 😉

L’apprentissage du vivre ensemble, ce qui me semble être la véritable instruction civique,   passe je crois par cet apprentissage de l’autre. L’ignorance fait toujours la part belle à la souffrance et nourrit la discrimination, entre autres…

Tolérance enfant 3

Pour ma part, l’anticonformisme me “passionne”, sans doute une conséquence de ce que je suis et j’espère inculquer à mon enfant, cette culture de la différence que j’érige au rang des Valeurs humaines.

Ma différence m’oblige et c’est tant mieux,  à plus me questionner, à plus me cultiver, à chercher des réponses, des théories, des conceptions en dehors des sentiers plutôt que de me satisfaire de réponses aussi primaires que destructrices du type “ t’es trop grosse, alors il faut maigrir “ !!!

J’ai dû ouvrir mes chakras et entrevoir d’autres réalités que celles communément proposées pour être Heureuse malgré les diktats.

Pour ma fille, participante au monde de demain, je me dois de lui proposer plusieurs options, plusieurs voies et courants de pensées afin de décupler sa tolérance et lui offrir le libre choix, le libre arbitre, la plus belle des libertés , celle de penser et surtout de penser autrement, différemment, selon ses propres croyances, sans entraves ni carcans . 😉

.

J’espère que vous aurez aimé cette réflexion en ma compagnie et je remercie Alexandra pour son invitation à écrire mon article sur son “Différent et Bienveillant blog” 😉

Christelle

tolérance enfant

Retrouvez Christelle sur son blog www.ronde-atomique.com

Recherches utilisées pour trouver cet articletolérance, comment savoir si nous allons etre obèse, temoignage de cobaye seul et heureu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *