La vie sexuelle des enfants, des pistes pour les accompagner !

Stéphanie Agrain est sexothérapeute. Elle propose une approche bienveillante et positive de l’éducation affective et sexuelle.

Lors de cette rencontre, je l’ai interviewé sur la vie sexuelle des enfants de 6 à 12 ans.

Pour les 0-6 ans, cliquez ici !

Les points suivants ont été abordés :

– 6-12 ans, période de latence, d’homosocialisation (à 35 secondes)

– Quand et comment préparer nos enfants à leur puberté ? (à 1 minutes et 58 secondes)

– Les images pornographiques (à 4 minutes, 14 secondes)

– Mon enfant me surprend en train de faire l’amour. Que faire ? (à 6 minutes, 44 secondes)

– Leur parler de notre sexualité ? (à 8 minutes, 28 secondes)

– Les principaux troubles sexuels : L’abus sexuel (à 9 minutes, 52 secondes), l’éjaculation précoce (à 11 minutes, 58 secondes)

Bonne vidéo !

 

Merci à Christian et Marie-France pour la transcription texte de cette rencontre Clignement d'œil

 

PHEH : Bonjour. Bienvenue sur Parents Heureux Enfants Heureux. Je suis en présence de Stéphanie AGRAIN, sexothérapeute. Nous avons rencontré Stéphanie il y a quelques temps pour parler de sexualité pour les enfants de 0 à 6 ans et aujourd’hui nous allons voir la sexualité des 6-12 ans. Il y aura encore une vidéo pour les plus de 13 ans.

Stéphanie, 6-12 ans qu’est ce qu’il se passe ? C’est la période de latence, c’est ça ?

Stéphanie Agrain : oui, on appelle ça « période de latence ». FREUD avait posé ce nom là. La période de latence c’est à dire que, pour nous parents ,on a l’impression qu’il ne se passe rien alors que pour eux ils rentrent dans la période de ce que l’on appelle l’homosocialisation ce qui veut dire : je me rapproche de ceux du même clan que moi, je ne vais plus dans la découverte de l’autre sexe mais je me rapproche des garçons comme moi, des filles comme moi, je me mets à jouer à des jeux de garçons, je ne veux pas que les filles m’approchent , je ne veux pas de bisous, je ne suis pas là dedans. Je suis dans le concours de celui qui va faire pipi le plus loin. Avec les filles, on met nos robes, on joue encore à la poupée, on s’imagine plus tard femmes avec des enfants. On se  projette dans une vie future mais avec ceux de notre clan et avec ceux de notre sexe. Ça c’est dans les grandes lignes parce que dans la réalité aujourd’hui, société hyper sexuelle, puberté précoce, la période de latence pour moi aujourd’hui elle est de 6 à 9 ans. Elle est très raccourcie. A partir de 9 ans on rentre déjà dans la pré-puberté et à 10 ans il y a même des jeunes filles qui sont pubères.

PHEH : Est ce que pour nous parents il y a des choses pour les accompagner ? C’est le moment de les préparer à leur sexualité à venir ?

Stéphanie Agrain : il ne faut pas attendre que l’enfant soit dans sa préadolescence pour lui en parler.

« Je ne sais pas si tu as remarqué mais ton corps change, les traits de ton visage se dessinent et je ne sais pas si tu sais ma chérie mais ton corps va se transformer.

– Il va se transformer comment ?

– Tu vas avoir un sein qui va pousser mais pas l’autre. Je te le dis parce que moi on ne me l’a pas expliqué. »

Toutes les jeunes filles vont avoir un sein qui va pousser avant l’autre, c’est normal, comme les jeunes garçons vont avoir une poussée mammaire c’est à dire qu’ils vont avoir la sensation d’un sein qui pousse. C’est normal aussi.

Qu’est ce qui fait que, pour nous parents, on remarque que l’enfant rentre dans cette période là ?  Il va avoir les mains, les pieds et le nez qui va grandir d’un seul coup.

Ça c’est le signe, pieds-mains-nez que l’enfant est en train de prendre des montées hormonales qui sont en train de mettre en place sa puberté.

Il y a les poils pubiens pour certains mais vraiment nez-pieds-mains c’est impressionnant. Quant tu vois qu’il prend plusieurs  pointures de chaussures il faut commencer à se poser des questions.

PHEH : ça c’est à partir de 9-10 ans ?

Stéphanie Agrain : oui. Aujourd’hui 9-10 ans. Alors il y en a pour lesquels ça va être 11-12 ans ou peut-être 13 ans mais il y tellement  d’hormones, d’œstrogènes dans l’eau que l’on boit qu’on constate aujourd’hui que les enfants sont de plus en plus vite dans la période de puberté.

Il faut savoir aussi qu’il y a un deuxième facteur qui est important pour moi de déposer aujourd’hui, ce sont les images pornographiques que voient les enfants à l’école primaire c’est à dire que les enfants ont des Smartphones avec des connexions à Internet et qu’au primaire ils voient leur premier film pornographique. Donc le cerveau va envoyer des informations hormonales au corps qui va déclencher précocement la puberté. Il y a plusieurs facteurs qui font qu’on est dans cette hypersexualité.

PHEH : que faire si on voit nos enfants regarder un film porno ?

Stéphanie Agrain : on en parle. Encore un cadeau… C’est quoi un film porno ? Moi ce que j’adore dire c’est :

“Tu as déjà vu Star-Wars ? Tu as déjà entendu parler de Star-Wars ? Le porno c’est la science fiction du sexe. C’est Star-Wars. Il y a des gens qui sont payés pour faire des films tout comme il y a des gens qui ont été payés pour faire Dark Vador. Tu ne croises pas des gens dans la rue avec leurs épées. Dans la vie, c’est pareil. Le porno c’est la science fiction de la sexualité parce que mon chéri ou ma chérie, la sexualité ce n’est pas ça. Faire l’amour ce n’est pas ça.”

Mais moi, ton parent même si je ne suis pas très à l’aise là (et je te le dis parce que l’enfant va observer les 93 % de mon comportement verbal, il va sentir la gêne) donc, je vais lui dire

“Tu sais je ne suis pas à l’aise. Effectivement oui, je ne m’attendais pas à ça maintenant parce que pour moi tu es encore mon petit, ma petite, peu importe, je vais t’expliquer. Qu’est ce que c’est que faire l’amour ? Comment est ce que ça va se passer puisque, si tu as vu ça, mon rôle de parent c’est de te l’expliquer.(Et, à partir de là, 3 phrases):

– faire l’amour c’est juste être à la rencontre de l’autre, c’est découvrir ta main comme je vais découvrir ton bras, ta jambe et ton sexe et  tu te feras confiance mon enfant quand tu seras dans ce moment là.

– ce n’est pas le moment aujourd’hui à 9 ans ou à 10 ans,

– mais le jour où ce sera le moment, viens, on en reparle. Tout comme je vais t’expliquer comment faire un bœuf bourguignon je t’expliquerai comment faire l’amour.”

PHEH : et après vers 13 ans, ils reviennent discuter ?

Stéphanie Agrain : oui

PHEH : quand on a pu poser les premières graines à cet âge là ?

Stéphanie Agrain : oui. Si aujourd’hui il y a des parents qui nous regardent et qui ont des enfants de 13 ans et qui se disent moi je n’ai pas posé les premières graines à l’âge de 13 ans donc aujourd’hui je suis perdu. Non. Tu utilises ce que ton enfant vit. Tu vas regarder son clip vidéo même si tu n’aimes pas regarder. Il regarde Maitre Gims, écoute les paroles de la chanson. Va le chercher dans son univers. Ça on en parlera après à l’adolescence. On ne va pas mettre la charrue avant les bœufs.

PHEH : S’ils nous surprennent en train de faire l’amour ? C’est un cadeau ?

Stéphanie Agrain : oui

PHEH : Comment peut-on réagir à ce moment là ?

Stéphanie Agrain : déjà ça dépend si l’enfant vient te surprendre dans ta chambre. S’il vient te surprendre dans ta chambre et que tu n’as pas posé ton intimité, c’est ta responsabilité.

PHEH : et comment tu poses ton intimité?

Stéphanie Agrain :

 » il faut que tu saches une chose ma chérie, papa et maman avant d’être ton papa et ta maman sont un homme et une femme et comme tu as ton intimité pour te découvrir dans ta chambre ou ta salle de bain, papa et maman eux ils ont leur intimité dans leur chambre. Moi, ce que je vais te demander, parce que c’est juste et bon pour moi,  quand tu dois venir dans notre chambre c’est de taper et d’attendre qu’on t’autorise à rentrer parce que papa et maman ont aussi besoin d’intimité. Maman a besoin d’intimité toute seule et papa a besoin d’intimité aussi tout seul, comme nous avons besoin d’intimité ensemble parce que oui, nous faisons l’amour. »

Et là, les enfants ils savent. Papa, maman, leur intimité et en plus ils font l’amour.

PHEH : donc, ils n’osent pas entrer je suppose ?

Stéphanie Agrain : ce n’est pas qu’ils n’osent pas entrer. C’est qu’ils respectent ça. Je vais te dire j’allais plus loin, je disais aux enfants :

« Les gars, là c’est un moment dont j’ai besoin pour moi, je vais me poser avec Papa, on va se mettre devant la télé et peut-être, en imaginant je vais peut-être faire l’amour. Donc, je ne suis pas dispo là maintenant. »

Ils ne sont pas choqué mes enfants, non. Maintenant qu’ils sont ado aujourd’hui ils me disent par contre   » Maman, je vais me poser dans ma chambre, j’ai besoin d’intimité. » Il n’y a pas de problème.

PHEH : Que penses- tu de leur parler de notre cas personnel, de notre sexualité par exemple à leur âge ? Où est la limite entre notre intimité et la transmission ?

Stéphanie Agrain : Où est ce que toi tu la situes ?

PHEH : je ne sais pas ça dépend. C’est personnel je pense.

Stéphanie Agrain : qu’est-ce qui est juste est bon pour moi ?

PHEH : jusqu’où je suis capable de dire les choses parce que je pense que  c’est de la transmission ou est ce que ça fait partie de mon intimité?

Stéphanie Agrain : est ce que je vais oser dire à mes enfants que j’ai fumé une cigarette ? Est-ce que je vais oser dire à mes enfants que j’ai piqué un verre d’alcool à mes parents ?

Je pars du principe que pour que les enfants parlent c’est : si tu veux que je te parle de moi et bien parle-moi toi-aussi de toi.

Quand ça a été la période du premier baiser je leur ai dit  » je me souviendrai toute ma vie de mon premier baiser  » et je leur ai raconté. On était connecté. A ce moment là, c’était comme si on avait le même âge et du coup on a pu parler ensemble et ils m’ont raconté eux comment ils l’imaginaient. Quand ça s’est produit j’ai été la première à le savoir . Maman, tu ne sais pas quoi, j’ai fais mon premier bisou. Mais ça se fête, toutes les premières fois se fêtent.

Tu vas parler de ton intimité en fonction de ce que tu sens qui est juste pour toi par rapport à tes croyances et à tes valeurs. Ne pas aller au delà surtout.

PHEH : Toi qui est sexothérapeute, tu reçois dans ton cabinet des enfants, des adultes, des ados, quels sont les principaux troubles pour lesquels ils viennent consulter ?

Stéphanie Agrain : l’abus sexuel.

PHEH : c’est le principal

Stéphanie Agrain : il faut savoir qu’aujourd’hui j’ai autant d’hommes que de femmes. Les hommes parlent enfin et il y a beaucoup d’hommes qui ont été abusés mais pour eux ce n’était pas possible d’en parler, c’était compliqué ; aujourd’hui ils s’autorisent en fait à revenir sur ces blessures là. Donc ça c’est la première chose. Quand je parle d’abus sexuels je parle aussi d’abus sexuels quand tu vas chez le gynéco et que tu n’es pas ok pour qu’il te fasse un toucher vaginal et qu’il le fait quand même parce qu’il faut le faire. C’est un abus.

PHEH : Pour éviter ce type d’abus on revient à ce qu’on avait dit dans la première vidéo . Pour nous parents, apprendre aux enfants à éviter ce type d’abus, c’est leur apprendre  à savoir dire non.

Stéphanie Agrain : est- ce que c’est juste et bon pour toi ? Si ce n’est pas juste et bon pour toi, c’est non. Tu as 16 ans ma fille et tu décides d’aller chez le gynéco parce que tu vas avoir tes premières relations sexuelles, tu n’es pas obligée de passer par l’examen gynécologique si ce n’est pas OK pour toi.

PHEH : on peut très bien dire : non, je viens pour une consultation. J’ai envie de prendre la pilule par exemple mais je ne veux pas avoir d’examen.

Stéphanie Agrain : oui et si le gynéco te dit : non et bien tu changes de gynéco.

PHEH : il faut être libre

Stéphanie Agrain :

Mon corps m’appartient, ton corps t’appartient, pour les enfants c’est pareil.

PHEH : il ne faut pas se laisser impressionner par la hiérarchie du docteur, de la tante, du grand-père, de n’importe qui.

Stéphanie Agrain : la seule personne qui compte, c’est moi et la seule personne mon l’enfant qui compte c’est toi. Qui va t’accompagner ? C’est toi.

PHEH : le deuxième trouble ?

Stéphanie Agrain : c’est pour les hommes ça va être tout ce qui est lié à l’éjaculation précoce qui est donc liée aux premières éjaculations. A chaque fois on revient travailler avec le petit garçon intérieur pour réussir à  guérir l’homme.

Toutes les bases de la sexualité adulte sont sur ce qui s’est passé enfant.

PHEH : enfant, quel âge ?

Stéphanie Agrain : entre 0 et 12ans pour moi.

PHEH : donc par exemple ce serait quoi entre 0 et 12 ? Qu’est ce qui s’est passé, qu’est ce qui ne serait pas passé correctement ?

Stéphanie Agrain : il peut se passer tant de choses. Tu sais il suffit de dire à un enfant, à une petite fille qui est en train de se toucher  » ce n’est pas bien de se toucher, tu es sale, c’est sale, mais ne mets pas tes doigts là, c’est sale  » et après ces enfants là ont des mycoses. Depuis qu’elles sont adolescentes elles ont des mycoses et ne comprennent pas pourquoi. Quand tu travailles la mycose tu te rends compte que c’est un champignon, c’est un parasite et puis tu parles avec la personne. En fait elle se sent sale et pourquoi elle se sent sale, elle remonte, remonte, jusqu’à ce qu’elle arrive à cet évènement là. Travaille cet évènement là, elle n’a plus de mycose.

PHEH : c’est ce qu’on a pu dire aux enfants souvent.

Stéphanie Agrain : attention aux mots et c’est pour ça qu’il vaut mieux dire

“là, tu sais quoi, je suis surprise, je m’interroge, j’ai besoin de prendre quelques minutes et je reviens vers toi. Tu vois je ne m’attendais pas à ça, c’est ok pour moi, laisse moi quelques minutes et on en reparle.”

PHEH : plutôt que de se tromper ou de dire quelque chose qui n’était pas juste pour nous.

Stéphanie Agrain : oui parce que, avant de parler à l’enfant parle toi à toi. Imagine toi, enfant, est ce que tu aurais voulu qu’on te dise  » mais tu es sale, ce que tu fais là, ce n’est pas bien, qu’est ce que tu fais là ? » Absolument pas, donc, ne le fais pas à ton enfant.

Et pour les femmes ce sont des problèmes liés aux abus qu’elles ont pu vivre et les problèmes de vaginisme aussi, les femmes qui ne peuvent pas être pénétrées. J’ai des problèmes aussi avec les ados qui viennent me voir pour que je leur explique comment faire l’amour.

PHEH : on en parlera dans la 3ème vidéo. Merci Stéphanie pour cette 2ème vidéo sur les 6-12 ans.

Je vous rappelle qu’il y avait une première vidéo pour les 0-6 ans et qu’il va y avoir la prochaine pour les plus de 13 ans donc pensez à vous abonner à ma chaine YouTube PHEH et à très bientôt.

Lectures recommandées pour aller plus loin sur le sujet : cliquez ici pour voir mes commentaires sur ces livres.



Recherches utilisées pour trouver cet articleles filles qui baise avec des enfantdes fille des video a telecharge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *