Publié par Laisser un commentaire

Comment Parler de la Mort aux Enfants ?

En tant que parents, il n’est pas facile de parler de la mort aux enfants, car nous-même n’avons pas toutes les réponses. Il est pourtant essentiel d’aborder le sujet, de répondre aux questions des enfants, de préférence avant qu’ils subissent la perte d’un être cher. Quand leur en parler ? Comment répondre à leurs questions ? Doit-on les emmener aux enterrements ? Ce qui est sûr, c’est que les enfants ont besoin de comprendre, alors voyons comment les aider au mieux.

À partir de quel âge peut-on parler de la mort aux enfants ?

Votre enfant commencera à vous questionner sur la mort vers l’âge de 3 ou 4 ans. Vous savez, ce moment où votre chérubin enchaîne les « pourquoi » dans ses questions. La fameuse question « pourquoi on meurt ? », en fait souvent partie. À cet âge, la compréhension de la mort est limitée. Commencez par lui expliquer le cycle de la vie, avec quelques exemples concrets et visuels, comme les arbres ou les fleurs : 

  • la graine germe, pousse et devient une fleur, puis la fleur meurt et tombe ;
  • sur la branche de l’arbre, au printemps il y a le bourgeon, puis une petite feuille qui grandit. Elle est verte. Ensuite, à l’automne, elle jaunit, meurt et tombe de l’arbre.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  La psychologie positive avec les enfants, Agnès Dutheil

Poursuivez avec les insectes, les animaux et les êtres humains. 

Surtout, utilisez des mots simples et compréhensibles selon l’âge, et restez concret. 

Quel que soit l’âge, il est essentiel de parler de la mort aux enfants avant qu’ils soient confrontés à un décès. Vous en parlerez plus calmement, sans être submergé par les émotions. 

Parler de la mort aux enfants : les questions existentielles 

« C’est quand qu’on meurt ? », « tu vas mourir ? », « ça fait mal de mourir ? », « on va où quand on meurt ? », « il est où ton papi ? ». Voici quelques questions que vous entendrez certainement. 

Répondez-y avec des mots simples et concrets afin d’éviter la confusion dans son esprit. Ne tournez pas autour du pot et ne soyez pas ambigu. Acceptez aussi de ne pas avoir réponse à tout. 

La mort ne doit pas être un sujet tabou face aux enfants. Ne soyez pas évasif et n’essayez pas de fuir les questions. Si elles vous prennent au dépourvu, répondez que vous n’êtes pas disponible pour en parler de suite et qu’il devra reposer la question plus tard. Vous aurez alors le temps d’y réfléchir et de vous préparer. Un silence et un manque de réponse à ses questions risqueraient de perturber l’enfant et de l’angoisser. 

Si besoin, pensez à avoir recours aux livres pour vous aider à parler de la mort aux enfants. 

Comment annoncer un décès à un enfant ?

Dire la vérité et ne rien cacher

Lorsqu’une disparition survient dans l’entourage, on peut vouloir embellir la vérité de peur de rendre l’enfant triste. Ne laissez pas votre enfant avec l’espoir de revoir un jour le défunt. Il doit comprendre le caractère irréversible de la mort. Ne lui cachez donc pas la vérité. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Fuck les horaires ??

Dites par exemple : « Papi est mort hier soir. Il était vieux et son cœur s’est arrêté de battre ». Ne lui mentez pas et expliquez-lui tout ce qu’il va se passer ensuite, comme le processus des funérailles : « Papi est dans le cercueil. Toute la famille va venir lui dire adieu. ». 

Les questions de votre enfant peuvent survenir suite à cette annonce ou quelques jours plus tard. Répondez-lui de façon franche en le laissant mener la conversation. Permettez à votre enfant de comprendre la situation, de se sentir considéré.

Le chagrin a besoin de temps (le deuil)

Parler de la mort aux enfants, c’est aussi aborder le deuil et ses différentes étapes : le choc, la colère, la tristesse et l’acceptation. Une façon d’expliquer qu’il faut du temps pour accepter de vivre sans cette personne disparue, et réapprendre à avancer.

Abordez aussi avec l’enfant les réactions différentes de chacun face à la mort d’un proche. Certains ont un besoin d’isolement et d’autre, d’être entouré par des proches ou des amis.

Enfin, parlez des souvenirs, de l’amour qui reste malgré l’absence. 

Si vous êtes vous-même trop bouleversé pour accompagner votre enfant dans cette phase, ou mal à l’aise avec le sujet pour l’aider à surmonter ses angoisses, envisagez un accompagnement psychologique.

Doit-on emmener un enfant à un enterrement ?

Les adultes hésitent à emmener les enfants aux enterrements dans le but de les protéger, ou le désir caché de se préserver soi-même. Les enfants ne réagissent pas de la même façon que les adultes face à la mort. Il y a de fortes chances que votre enfant se mette à courir au cimetière ou à jouer entre les tombes. Cette façon de réagir de la part de votre enfant est normale, mais aux yeux de certains adultes ce comportement peut être déplacé. C’est le regard des autres sur l’attitude de votre enfant qui est difficile à supporter et c’est une des raisons pour penser qu’il est mieux de le laisser en dehors de l’événement. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Déménagement avec des enfants : 6 choses à faire

Mais si vous n’emmenez pas votre enfant à l’enterrement, il peut se sentir exclu et ne pas comprendre votre décision. Il se demandera sans doute ce qu’il a fait de mal pour « être privé » de cette réunion familiale. 

Les enfants sont des êtres à part entière, certes petits en taille et n’ont pas forcément tout le vocabulaire, mais il est important de ne pas les exclure des événements familiaux mêmes lors des situations douloureuses. Votre enfant se construit grâce à votre soutien et une pleine existence au sein de la famille.

La cérémonie sera aussi l’occasion pour lui de vivre des rituels, de comprendre vos croyances religieuses si vous êtes concernés. Expliquez-lui simplement en amont comment vont se dérouler les choses. 

Recherches utilisées pour trouver cet articletexte pour enfant pour expliquer la mort d\un proche
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *